20.02.2003 - TPIR/CYANGUGU - LE PROCES CYANGUGU AJOURNE A LUNDI

Arusha, le 20 février 2003 (FH) - La troisième chambre du Tribunal Pénal International pour le Rwanda a prononcé jeudi en fin D'après-midi l'ajournement à lundi du procès pour génocide de trois anciens hauts responsables de la province de Cyangugu (sud-ouest du Rwanda) par manque de témoins.

Le procès de Cyangugu regroupe l'ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, l'ancien ministre des Transports et Communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura et l'ancien commandant du camp militaire de Karambo, le lieutenant Samuel Imanishimwe.

1 min 4Temps de lecture approximatif

Le parquet les
accuse D'être responsable de massacres de Tutsis qui ont eu lieu dans cette préfecture lors du génocide de 1994.

Le président de la troisième chambre, le juge Lloyd George Williams de St. Kitts et Nevis, a indiqué qu'aucun témoin de la défense n'était disponible
pour témoigner avant la fin de la semaine. La troisième chambre entend actuellement la défense de Bagambiki.

Plus tôt dans la journée, un témoin protégé dénommé GLB a été entendu Presque entièrement à huis-clos. GLB est un ancien suspect de génocide, acquitté par une cour de Cyangugu.

Auparavant, l'ancien chef de la gendarmerie rwandaise, le général Augustin Ndindiliyimana, avait achevé son témoignage en faveur de Bagambiki.
Ndindiliyimana est lui-même détenu au Centre de Détention des Nation-Unies, à Arusha, pour génocide.

Ce procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge Williams et composée en outre des juges russe Yakov Ostrovsky et slovène Pavel Dolenc.

CE/GG/GF/FH(CY’0220e)