18.02.2003 - TPIR/CYANGUGU - BAGAMBIKI A RISQUE SA VIE EN SAUVANT DES GENS, SELON NDINDILIYIMANA

Arusha, le 18 février 2003 (FH) - l'ancien préfet de Cyangugu (sud-ouest du Rwanda), Emmanuel Bagambiki, a risqué sa vie en sauvant des gens menacés pendant le génocide en 1994, a affirmé l'ex-chef D'Etat major de la gendarmerie, le général Augustin Ndindiliyimana, mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le général Ndindiliyimana est également détenu à Arusha en attendant le commencement de son procès pour génocide.

1 min 20Temps de lecture approximatif

"Je le connais comme une personne qui a sauvé les vies D'autres personnes au risque de la sienne", a déclaré Augustin Ndindiliyimana.

Emmanuel Bagambiki, 54 ans, est accusé D'avoir été parmi les planificateurs du génocide anti-tutsi et des massacres D'opposants à Cyangugu. Il plaide non coupable.

l'ancien préfet est coaccusé avec l'ex-ministre des transports et communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, ainsi que l'ancien commandant du camp militaire de Karambo à Cyangugu, le lieutenant Samuel Imanishimwe.

Le substitut ougandais du procureur, Richard Karegyesa, a contesté la crédibilté du témoin-accusé, arguant qu'il a un intérêt dans l'affaire. Il a par ailleurs suggéré que le général Ndindiliyimana ne pouvait savoir ce qui s'était passé à Cyangugu pendant le génocide, ne s'y étant rendu que trois fois durant cette période.

Ndindiliyimana a nié avoir un quelconque intérêt dans l'affaire, expliquant qu'il considérait son témoignage comme un devoir de défendre "un homme innocent et hautement respecté."

"J'ai reçu des rapports de la gendarmerie en provenance de Cyangugu", a-t-il indiqué.

"Aucun de ces rapports n'a parlé de Bagambiki causant quelque trouble dans la région. Au contraire, ils détaillaient la coopération qu'il avait avec la gendarmerie pour arrêter la violence dans la région", a-t-il ajouté. Ndindiliyimana poursuivra sa déposition mercredi.

Le procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge de Saint-Kitts et Nevis, Llyod George Williams, et composée par ailleurs des juges russe Yakov Ostrovsky et slovène Pavel Dolenc.

AT/GG/GF/FH (CY’0218A)