16.02.2003 - TPIR/MUSABYIMANA - SAMUEL MUSABYIMANA SERA ENTERRE AU RWANDA

Arusha, le 16 février 2003 (FH) l'ancien évêque du diocèse anglican de Shyogwe (province Gitarama, centre du Rwanda), Samuel Musabyimana, décédé le 24 janvier dernier, en détention préventive au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) sera finalement enterré dans son pays D'origine, a appris dimanche l'agence Hirondelle.

Le doute avait longtemps plané sur le lieu de son enterrement, occasionnant ainsi un grand retard.

1 min 23Temps de lecture approximatif

Un médecin affecté au TPIR, Epee Maria, a déclaré que la dépouille mortelle de l'évêque sera conduite par route à Naïrobi (Kenya) dimanche et acheminée à Kigali par avion le lendemain matin.

Le transfert du corps vers Kigali a été précédé par un bref culte présidé par l'évêque anglican D'Arusha, Simon Makundi, à la morgue du principal hôpital de la ville, Mount Meru. Une vingtaine de personnes, dont la mère du défunt, y ont assisté.

"Je suis très contente. Initialement, le Tribunal voulait juste me remettre le corps, mais maintenant il participe pleinement", a déclaré la veuve de l'évêque, Bernadette Mukafaranswa Musabyimana.

Elle a indiqué que le Tribunal a pris toutes les responsabilités, notamment le transport du corps jusqu'au Rwanda.

Samuel Musabyimana est né le 6 juillet 1956 à Biguhu-Mwendo en province de Kibuye (ouest du Rwanda). Il a étudié la théologie au Rwanda et en Suisse. Il a été ordonné pasteur en 1985, puis sacré évêque en 1991. En 1986, il s'est marié à Bernadette Mukafaranswa,un médecin de formation. Ils ont donné naissance à deux enfants, tous décédés.

Samuel Musabyimana a été arrêté au Kenya en avril 2001 et transféré à Arusha. Il était poursuivi pour génocide et crimes contre l'humanité commis dans son diocèse entre avril et juin 1994. Son procès n'avait pas encore commencé. Lors de sa comparution initiale au mois de mai 2001, il avait plaidé non coupable. Il est décédé à l'hôpital de Moshi (80 km à l'est D'Arusha) suite à une longue maladie. Peu après sa mort, les détenus du TPIR ont allégué qu'il n'avait pas reçu les soins appropriés. Le Tribunal a démenti ces allégations.

AT/NI/GF/FH (MS'0216A)