11.02.2003 - TPIR/CYANGUGU - BAGAMBIKI N'A AUCUNE RESPONSABILITE DANS LES MASSACRES DE BUGESERA, SEL

Arusha, le 11 février 2003 (FH) - l'ancien préfet de Cyangugu (sud-ouest du Rwanda), Emmanuel Bagambiki, n'a joué aucun rôle dans le massacre de 250 Tutsis perpétrés en 1992 à Bugesera (préfecture de Kigali rural), a déclaré un témoin de la défense mardi, devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda.

Bagambiki, 54 ans, est accusé D'avoir planifié et mené le génocide dans sa province natale de Cyangugu.

1 min 26Temps de lecture approximatif

Le parquet l'accuse également D'avoir assisté et participé aux réunions qui ont organisé le génocide et D'avoir coordonné les massacres de Tutsis pendant toute la durée du génocide. Bagambiki est également accusé D'avoir une responsabilité dans les massacres du Bugesera, en 1992, alors qu'il était préfet de Kigali rural.

“Le nom de Bagambiki n'a jamais été évoqué par aucune des organisations des droits de l'homme qui ont enquêté sur ces tueries", a indiqué le témoin protégé FOE.

FOE travaillait au Ministère du Plan. Il occupait également un poste au bureau de Cyangugu du MDR, le parti de l'opposition. Suite aux massacres de Bugesera, le bureau de Cyangugu du MDR a publié un communiqué accusant Bagambiki D'être responsable des tueries.

Interrogé sur ce communiqué, FOE a déclaré qu'il s'agissait D'une propagande sans fondement, à une époque de rivalité entre les partis politiques. Selon
lui, ce communiqué était destiné à ternir l'image du parti alors au pouvoir, le MRND, auquel Bagambiki appartenait.

Le substitut du procureur, l'Ougandais Richard Karegyesa, a pour sa part suggéré que Bagambiki était responsable, dans la mesure où ses subordonnés étaient impliqués dans ces massacres.

Bagambiki est co-accusé avec l'ancien ministre des Transports et des Communications, André Ntagerura, ainsi que l'ancien commandant du camp militaire de Karambo, le lieutenant Samuel Imanishimwe.

Un autre témoin protégé, dénommé EOT, a également déposé mardi. La plupart de son témoignage a été entendu à huis-clos.

Le procès a été ajourné à jeudi, mercredi étant un jour férié en Tanzanie.

Le procès Cyangugu se déroule devant le troisième chambre du TPIR, composée du juge-président Lloyd George Williams de St. Kitts et Nevis, et des juges russe Yakov Ostrovsky et slovène Pavel Dolenc.

CE/GG/GF/FH (CY-0211e)