07.02.2003 - TPIR/KAMUHANDA - DEUX ANCIENS ENQUETEURS DU PARQUET DEPOSENT EN FAVEUR DE KAMUHANDA

Arusha, le 7 février 2003 (FH) - Deux anciens enquêteurs du parquet ont témoigné en faveur de l'ancien ministre de l'enseignement supérieur et suspect de génocide Jean de Dieu Kamuhanda jeudi devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda.

Les deux témoins ont principalement évoqué leur rôle dans l'arrestation de Kamuhanda à Bourges, en France, le 26 novembre 1999.

1 min 29Temps de lecture approximatif

Ils étaient présents lorsque l'ancien ministre a été appréhendé par la police française, arrestation à laquelle ils ont contribué. Les deux témoins ont été surnommés ENQ-1 and ENQ-2 pour préserver leur identité.

ENQ-1, le vingt-troisième témoin de la défense, a déposé en premier lors de la session de l'après-midi. Celle du matin s'est entièrement déroulée à huis-clos.

Les deux témoins ont donné, pendant une heure, une version identique de l'arrestation de Kamuhanda. Ils ont déclaré à la cour que l'accusé les avait informés, après son arrestation, de sa volonté de coopérer avec le TPIR.

"Nous lui avons demandé s'il était prêt à nous parler et il a accepté spontanément. Nous lui avons également dit qu'il n'était pas obligé de le faire, mais il a quand même accepté," a indiqué ENQ-1.

Les deux anciens enquêteurs du parquet ont ensuite interrogé Kamuhanda, de manière non-officielle, pendant deux heures. Ils voulaient déterminer si
l'ancien ministre possédait des informations qui pourraient leur être utiles sur le génocide de 1994.

Mais, selon les deux témoins, Kamuhanda leur aurait seulement livré le nom de trois personnes qui, D'après lui, pourraient leur indiquer l'endroit où il (Kamuhanda) se trouvait pendant le génocide. Ces trois noms n'ont pas été mentionnés devant la cour.

En revanche, un carnet de note, contenant un résumé de l'entretien enregistré par ENQ-2, a été produit devant la cour. Le témoin a déclaré avoir pris ces notes à l'intention du chef des poursuites du parquet du TPIR.

Le procès Kamuhanda reprendra lundi avec la déposition D'un nouveau témoin de la défense.

Le procès se poursuit mercredi devant le deuxième chambre du TPIR composée du juge tanzanien William Hussein Sekule, de la juge malgache Arlette Ramaroson et de Winston Churchill Matanzima Maqutu du Lésotho.

CE/PJ/GF/FH (KH-0207A)