27.01.2002 - TPIR/KAMUHANDA - IL N'Y A PAS EU DE DISTRIBUTION D'ARMES A GIKOMERO, SELON UN TEMOIN

Arusha, le 27 janvier 2003 (FH) - Un témoin de la défense de l'ancien ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Jean de Dieu Kamuhanda, a déclaré que des armes n'avaient pas été distribuées à la population de Gikomero (province Kigali rural, centre du Rwanda), lors de sa déposition lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Dénommé "NTD" pour protéger son anonymat, il est le seizième témoin cité par la défense de Kamuhanda.

1 min 11Temps de lecture approximatif

Jean de Dieu Kamuhanda est poursuivi pour génocide et crimes contre l'humanité commis à Gikomero en 1994. Il plaide non coupable.

Le parquet allègue notamment que des armes ont été distribuées à la population de Gikomero à des fins de génocide. Le témoin a déclaré qu'entre le 6 et le 16 avril 1994, il n'y avait qu'un seul fusil à Gikomero, détenu par un certain Nzaramba. Le témoin a ajouté que la commune a obtenu plus tard deux autres fusils, abandonnés sur place par des combattants de l'ex-mouvement rebelle à dominante tutsie, le Front patriotique rwandais (FPR), chassés par la population locale.

Le témoin a déclaré que ces armes ont été alors remises à deux anciens gendarmes.

Comme les autres témoins qui l'ont précédé, NTD a affirmé que Kamuhanda ne s'était jamais rendu à Gikomero pendant le génocide. Il a ajouté qu'il n'avait pas non plus entendu quelqu'un dire avoir vu l'accusé à cet endroit durant cette période.

La déposition de NTD a été suivie de celle de GPD qui devrait se poursuivre mardi. Le procès Kamuhanda se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Sekule, assisté des juges malgache Arlette Ramaroson et Winston Churchill Matanzima Maqutu du Lesotho.

AT/NI/GF/FH (KH-0127A)