22.01.2003 - TPIR/MEDIAS - NGEZE NE PRATIQUAIT PAS LA DISCRIMINATION, SELON UN TEMOIN DE LA DEFENSE

Arusha, le 22 janvier 2003 (FH) - l'ancien journaliste Hassan Ngeze ne pratiquait pas la discrimination ethnique, a affirmé un témoin de la défense, mercredi dans le procès des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

"Il était apprécié par les Hutus et les Tutsis.

1 min 48Temps de lecture approximatif

Il ne faisait pas de discrimination entre les ethnies", a déclaré RM13, le troisième témoin de la défense de Ngeze.
RM13 habitait la même ville que Ngeze en 1994 et a témoigné sur sa personnalité. "Il était apprécié par les habitants de Gisenyi [ouest du Rwanda], à cause
des informations qu'il donnait. Il était généreux et aidait les gens dans le besoin. Il n'avait de problèmes avec personne", a poursuivi le témoin. RM13 a par ailleurs indiqué que Hassan Ngeze n'a jamais porté d’arme et ne fréquentait pas les soldats ou les civils armés.

Selon RM13, l'accusé n'a jamais appartenu à la milice Interahamwe, considérée comme le fer de lance du génocide de 1994, ou donné l’ordre de tuer.

"Je ne l'ai jamais vu donner d’ordres à quiconque […] M. Ngeze n'était pas une autorité", a rapporté le témoin.

Ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze est coaccusé avec deux responsables présumés de la Radio-télévision libre des
Mille collines (RTLM) pour utilisation des médias à des fins de génocide. Il plaide non coupable.

Le témoin a déclaré qu'il lisait Kangura, "puisque, parfois, il y avait des informations très intéressantes pour la population". Réagissant au commentaire du procureur selon lequel Kangura incitait à la division ethnique, le témoin a indiqué qu'il n'avait pas lu tous les numéros de cette publication.

Le procureur a également suggéré que Ngeze était lié à des personnalités influentes au sein de l'ancien régime pro-hutu, mais il a obtenu là aussi des réponses mitigées de la part du témoin.

Le témoin a en outre affirmé ne rien savoir des relations présumées entre le parti radical pro-hutu, la Coalition pour la défense de la République (CDR), la revue Kangura et Hassan Ngeze. Selon le procureur, "Ngeze s'est battu pour l'unité des Hutus", au détriment des Tutsis. RM13 a terminé sa déposition mercredi dans la matinée. La chambre a ajourné les débats jusqu’à jeudi après-midi, en attendant l'arrivée de nouveaux témoins.

Le procès des médias se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et composée en outre des juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

AT/CE/GF/FH (ME'0122A)