20.01.2003 - TPIR/CYANGUGU - IMANISHIMWE, ANCIEN OFFICIER DE L’ARMEE RWANDAISE, TEMOIGNE POUR SA DEF

Arusha, le 20 janvier 2003 (FH) – L’ancien commandant du camp militaire de Cyangugu, au sud-ouest du Rwanda, le lieutenant Samuel Imanishimwe, a débuté lundi son témoignage devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda dans le cadre du procès de Cyangugu.

Imanishimwe, 41 ans, répond de plusieurs chefs d’accusation, dont génocide et crimes contre l’humanité.

1 min 40Temps de lecture approximatif

Il est entre autre accusé d’avoir ordonné l’arrestation et l’exécution de plusieurs civils tutsis au camp de Cyangugu.

Il est conjointement accusé avec deux anciens hommes politiques de la région de Cyangugu, l’ancien ministre des Transports et des Communications, André
Ntagerura et l’ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki. Tous trois plaident non-coupable.

Le procès de Cyangugu a débuté le 18 septembre 2000. Il a été ajourné le 6 novembre 2002, après l’audition du vingtième témoin à décharge d’Imanishimwe.

Lors de sa déposition, Imanishimwe a essentiellement évoqué sa carrière et sa formation militaires avant le génocide de 1994.

Natif de Rwerere, dans le nord-ouest de la province Gisenyi, Imanishimwe a effectué ses études primaires et secondaires, ainsi que ses années de lycée,
dans la RDC voisine. Il a ensuite reçu quatre ans de formation militaire à la prestigieuse Ecole Supérieure Militaire (ESM), au Rwanda.

Après deux semaines de formation militaire en Belgique, Imanishimwe a été affecté à l’académie militaire de Bugesera en tant qu’instructeur. En 1990,
un an après avoir rejoint l’académie, il a été incorporé dans les forces armées rwandaises lors de la guerre contre le Front Patriotique Rwandais. Il a été nommé commandant du camp militaire de Cyangugu en 1993, après une brève période au quartier général des forces armées rwandaises à Kigali.

Imanishimwe a été arrêté au Kenya en 1997.

Au début de sa défense, les conseils d’Imanishimwe ont indiqué à la cour qu’ils présenteraient des témoins destinés à prouver que l’accusé n’avait jamais participé à la moindre réunion de planification du génocide à Cyangugu, comme le soutient le parquet. Selon son avocat, Me Marie-Louise Mbida du Cameroun, les tueries au Rwanda “ont été précipitées par une série d’assassinats et de crimes commis par le FPR au cours de son avance au Rwanda.

Imanishimwe poursuit sa déposition mardi. Le procès de Cyangugu se déroule devant le troisième chambre du TPIR, composée du juge-président Lloyd George
Williams de St. Kitts et Nevis et des juges russe Yakov Ostrovsky et slovène Pavel Dolenc.

CE/GG/GF/FH (CY-0120e)