13.01.2003 - TPIR/KAMUHANDA - UN ANCIEN CONSEILLER TEMOIGNE EN FAVEUR DE KAMUHANDA

Arusha, le13 janvier2003 (FH)- Le procès de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Kamuhanda, a repris lundi devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda, avec la déposition d’Augustin Karera, huitième témoin de la défense.

Augustin Karera était conseiller au Ministère de l’Enseignement supérieur lorsque Kamuhanda officiait en tant que ministre.

1 min 32Temps de lecture approximatif

Il a nié les allégations du parquet selon lesquelles Kamuhanda aurait joué le rôle de conseiller auprès du président de la République du gouvernement intérimaire.

S’il a reconnu que l’accusé était membre du MRND, il a ajouté que cette appartenance n’avait eu aucune incidence dans sa nomination en tant que Ministre en mai 1994. Selon le témoin, Kamuhanda méritait ce poste. Il avait travaillé au Ministère pendant dix ans et venait de la préfecture de Kigali, une des moins bien représentées dans le gouvernement.

Le témoin a également réfuté les allégations du substitut du procureur, l’Irlandais David Moore, selon lesquelles il serait responsable de l’envoi de gendarmes et de la supervision des massacres de Tutsis commis à Kibeho Durant le génocide.

Karera avait été engagé par l’équipe de défense de Kamuhanda en tant qu’ enquêteur, mais le Greffe du TPIR a mis fin a son contrat le 16 juillet 2001. Son nom apparaissait en effet sur les listes de suspects de génocide établies par le gouvernement rwandais. Durant son témoignage, Karera a maintenu que le gouvernement de Kigali l’avait depuis effacé de ces listes.

Kamuhanda répond de huit chefs d’accusation, dont génocide, complicité dans le génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité incluant le viol et le meurtre. Ces crimes auraient été commis dans sa commune natale de Gikomero (province de Kigali province, centre du Rwanda).

Dans l’après-midi, une témoin à charge, surnommé GEK pour préserver son anonymat, a été rappelé. Elle a déposé à huis-clos afin d’établir les dates exactes auxquelles elle aurait vu Kamuhanda à Gikomero.

Kamuhanda est représenté par Me Aicha Condé, de la Guinée, et Me Patricia Mongo du Congo.

La chambre II est composée du juge tanzanien William Hussein Sekule, de la juge malgache Arlette Ramaroson et du juge Winston Churchill Matanzima Maqutu, du Lesotho.

CE/PJ/GF/FH (KH-0113e)