13.11.2002 - TPIR/BUTARE - LE PROCES DU GROUPE BUTARE REPORTE AU 24 FEVRIER 2003

Arusha, le13 novembre 2002 (FH) - Le procès du groupe Butare (sud du Rwanda) a été suspendu jusqu'au 24 février 2003, a-t-on annoncé mercredi au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR)

Le procès regroupe l'ex-ministre de la famille et de la promotion féminine, Pauline Nyiramasuhuko, son fils Arsène Shalom Ntahobali, les ex-préfets Alphonse Nteziryayo et Sylvain Nsabimana, et deux ex-maires:celui de Ngoma, Joseph Kanyabashi, et celui de Muganza, Elie Ndayambaje. Ils sont coaccusés de génocide et de crimes contre l'humanité commis en province de Butare entre avril et juin 1994.

0 min 53Temps de lecture approximatif

Ils plaident non coupables.

Les débats ont été ajournés au terme de la déposition du dix-huitième témoin de l'accusation, dénommé "QAQ" pour préserver son anonymat. Le témoin a essentiellement parlé D'un discours anti-Tutsi qu'auraient prononcé Nteziryayo et Ndayambaje en avril 1994. Les avocats de la défense ont contesté la déposition du témoin.

Le procès du groupe Butare se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Sekule, et composée en outre des juges, malgache Arlette Ramaroson, et Winston Churchill Matanzima Maqutu du Lesotho.

Lundi prochain, la même chambre reprend le procès de l'ancien maire deMukingo (province Ruhengeri, nord-ouest du Rwanda), Juvénal Kajelijeli qu'elle avait suspendu le 20 septembre.

GA/AT/GF/FH (BT-1113a)