06.11.2002 - TPIR/MEDIAS - LE PROCES RISQUE DE CONNAÎTRE UNE SEMAINE DE HUIS CLOS

Arusha, le 6 novembre 2002 (FH) - Le procès des anciens responsables des "médias de la haine" risque de connaître une semaine entière de huis clos, à la demande D'un témoin de la défense.

Dénommé "Z1" pour préserver son anonymat, le sixième témoin de la défense de l'ancien promoteur allégué de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, qui témoigne depuis lundi, a sollicité un huis clos complet pour des raisons de sécurité.

1 min 4Temps de lecture approximatif

La déposition de Z1 pourrait se prolonger jusqu'à vendredi, selon certaines sources. Vendredi, le calendrier judiciaire prévoit que cette affaire soit momentanément suspendue pour faire place à un procès alternatif.

Le procès des médias alterne avec celui de l'ancien ministre de l'information, Eliézer Niyitegeka.

Ferdinand Nahimana est coaccusé avec l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze. Ils sont poursuivis notamment pour entente et incitation directe et publique à commettre le génocide. Ils plaident non coupables.

Ferdinand Nahimana a été le premier témoin à déposer pour sa propre cause. Il a ensuite cité des témoins de moralité, dont son épouse Laurence Nyirabagenzi.

Le procès des médias se déroule devant la première chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et composée en outre des juges, norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

AT/CE/GF/FH (ME-1106A )