29.10.2002 - TPIR/NIYITEGEKA - LES MASSACRES DE BISESERO AURAIENT ETE PERPETRES PAR DES BANDITS, SEL

Arusha, le 29 octobre 2002 (FH) - Un témoin de la défense entendu mardi dans le procès de l'ancien ministre de l'information sous le gouvernement intérimaire, Eliézer Niyitegeka, a affirmé que des Tutsis réfugiés sur les collines de Bisesero (province Kibuye, ouest du Rwanda) en 1994 ont été tués par des bandits.

Le parquet allègue que les massacres de Tutsis en 1994 avaient été planifiés par des autorités, dont l'ex-ministre Eliézer Niyitegeka.

1 min 42Temps de lecture approximatif

Les témoins du parquet ont déclaré que les tueries ont été exécutées par des soldats et des miliciens apparentés à l'ancien parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND).

Niyitegeka est poursuivi pour des massacres de Tutsis à Bisesero. Il plaide non coupable.

Dénommé "TEN 8" pour préserver son anonymat, le témoin a affirmé que les massacres à Bisesero n'étaient pas uniquement motivés par des raisons ethniques mais par le profit financier et la "sécurité". Selon le témoin, des Tutsis ont été tués parce que la rébellion à dominante tutsie du Front patriotique rwandais (FPR) avait repris la guerre après l'attentat contre l'avion de l'ex-président Habyarimana le 6 avril 1994 et que certains D'entre eux avaient auparavant envoyé leurs enfants grossir les
rangs de cette rébellion.

Le témoin a ajouté que D'autres Tutsis avaient été tués par des gens qui voulaient s'emparer de leurs biens.

"Ces crimes horribles ont été commis par des bandits et des brigands […] C'étaient des jeunes indisciplinés. Certains étaient des vagabonds. Je pense que ce genre D'individus existe partout", a déclaré en substance le témoin, qui s'exprimait en sa langue maternelle, le kinyarwanda.

Contre-interrogé par Kenneth Fleming, le substitut australien du procureur, le témoin a néanmoins admis qu'il basait la plupart de ces informations sur ce que lui avaient rapporté des amis et des connaissances.

Comme les témoins qui l'ont précédé, TEN 8 a signalé que Eliézer Niyitegeka ne s'est pas rendu à Bisesero entre avril et juillet 1994. Il a expliqué que l'accusé n'a pas commis de meurtres ni de viols, ni procédé à des distributions D'armes.

Le procès se poursuivait mardi dans l'après-midi avec la déposition D'un autre témoin, dénommé TEN 22. Il témoigne à huis clos.

Le procès Niyitegeka se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR comprenant les juges sud-africaine Navanethem Pillay, norvégien Erik Mose et sénégalaise Andrésie Vaz.

La juge Pillay est absente cette semaine et les débats se déroulent devant deux juges.

AT/CE/GF/FH (NI-1029A )