25.10.2002 - TPIR/MEDIAS - NAHIMANA DESAPPROUVAIT LES INTERAHAMWE, SELON UN TEMOIN

Arusha, le 25 octobre 2002 (FH) - Ferdinand Nahimana, un des trois accusés dans le procès des "médias de la haine", désapprouvait le comportement de la jeunesse Interahamwe, a affirmé un témoin de la défense, vendredi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Désigné par les lettres I 2 pour préserver son anonymat, le témoin était membre du comité provincial de l'ex-parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), à Ruhengeri (nord du Rwanda) en même temps que Ferdinand Nahimana.

1 min 40Temps de lecture approximatif

Considérés comme le fer de lance du génocide anti-tutsi et des massacres D'opposants qui ont fait un million de morts au Rwanda en 1994, les Interahamwe étaient affiliés au MRND.

Le témoin a affirmé que Ferdinand Nahimana et lui-même faisaient partie de l'aile novatrice du MRND. Ferdinand Nahimana "a réprouvé sans équivoque ces gens" bien avant le génocide, a déclaré le témoin.

"Nous constations qu’ils [les Interahamwe] étaient composés de brigands, qu'ils étaient financés par des structures extra-MRND et qu'ils échappaient aux structures du parti", a-t-il expliqué.

Le témoin a confirmé la déposition de Ferdinand Nahimana lui-même selon laquelle le comité provincial du MRND à Ruhengeri était opposé aux Interahamwe. "Nous n'avions aucune relation, ni fonctionnelle, ni organique par rapport aux Interahamwe de Ruhengeri. Par contre nous étions opposés à leurs méthodes et à leurs pratiques".

Le témoin a indiqué qu'à un moment donné les Interahamwe avaient agressé les opposants politiques et détruit leurs maisons notamment à Ruhengeri. Le comité provincial avait condamné leur attitude, a-t-il dit. "Ils agissaient contre toute orientation que nous jugions opportune", a déclaré le témoin.

Le parquet du TPIR affirme que Ferdinand Nahimana avait des liens étroits avec les Interahamwe. l'accusé le nie.

Promoteur allégué de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM) qui a incité au génocide, Ferdinand Nahimana est coaccusé avec l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi qu'avec l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre
les juges, norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

Lundi prochain, la juge Pillay sera absente mais le procès se poursuivra sans elle pendant quelques jours comme le permet le Règlement.

AT/CE/GF/FH (ME-1025A )