25.10.2002 - TPIR/NIYITEGEKA - NIYITEGEKA N'A PAS DISTRIBUE D’ARMES, SELON UN TEMOIN DE LA DEFENSE

Arusha, le 25 octobre 2002 (FH) - l'ancien ministre de l'information sous le gouvernement intérimaire, Eliézer Niyitegeka, n'a pas distribué des armes aux civils hutus pendant le génocide anti-tutsi et les massacres D'opposants, a affirmé un témoin de la défense, jeudi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Désigné par les lettres TEN 16 pour protéger son anonymat, le quatrième témoin de la défense a indiqué que si l'accusé avait distribué des armes dans sa localité, il l'aurait su.

1 min 55Temps de lecture approximatif

Eliézer Niyitegeka répond de plusieurs chefs D'accusation de génocide et de crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis dans la région montagneuse de Bisesero (province Kibuye, ouest du Rwanda) et ailleurs au Rwanda. Il plaide non coupable.

En 1994, le témoin habitait dans un endroit proche de Bisesero. "Si Niyitegeka avait distribué des armes, cela aurait été un acte très important et J'en aurais pris connaissance", a déclaré en substance le témoin TEN 16, en répondant aux questions D'un avocat de la défense.

Eliézer Niyitegeka est défendu par les avocats irlandais, Me Sylvie Geraghty et Me Feargal Kavanag. Les défenseurs de l'ancien ministre affirment que c'était "un homme de paix". Le témoin a par ailleurs déclaré que l'accusé n'avait pas commis d’actes de viols.

La représentante américaine du parquet, Mélinda Pollard, a suggéré que TEN 16 ne savait rien concernant les faits reprochés à l'accusé.

Le procès Niyitegeka se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre les juges, norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawaradana.

La défense demande aux juges de se dessaisir du dossier.
Le contre-interrogatoire de TEN 16 a été émaillé D'un incident à l'issue duquel Me Kavanag a demandé aux juges de se dessaisir du dossier Niyitegeka,
estimant que ce serait dans l'intérêt de l'accusé.

Le représentant du parquet venait de signaler au témoin que Niyitegeka aurait reconnu devant les enquêteurs du TPIR, peu après son arrestation, qu'il aurait été impliqué dans des actes de viols.

Me Kavanag a indiqué que c'était la première fois que cela était porté à la connaissance de la défense, et a conclu à une "maladie du bureau du procureur".
Selon Me Kavanag, cet incident est "dévastateur". l'avocat a plaidé que le fait que les juges aient entendu cette allégation formulée ainsi par le
procureur pourrait les influencer dans leurs délibérations futures.

l'avocat irlandais a de ce fait suggéré qu'ils se retirent du dossier et qu'on le reprenne à zéro. La requête de Me Kavanag a été mise en délibéré.

Les débats reprennent lundi, en présence de seulement deux juges. La juge Pillay sera à New York pour "une réunion statutaire" à l'ONU. Navanethem Pillay est présidente du TPIR.

AT/CE/GF/FH (NI-1025A )