23.10.2002 - TPIR/NIYITEGEKA - l'ANCIEN MINISTRE ELIEZER NIYITEGEKA AURAIT SAUVE DES TUTSIS, SELON U

Arusha, le 23 octobre, 2002 (FH) - l'ancien ministre de l'information sous le gouvernement intérimaire accusé de génocide, Eliézer Niyitegeka, poursuivait sa défense mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Depuis qu'il a commencé à présenter ses moyens de défense le 17 octobre dernier, Eliézer Niyitegeka a cité trois témoins.

1 min 45Temps de lecture approximatif

Les débats se sont déroulés la plupart du temps à huis clos.

Le premier témoin de sa défense est un ancien responsable provincial, détenu au Rwanda pour des faits en rapport avec le génocide de 1994. Ce témoin a affirmé qu'après 1994, il avait été forcé de témoigner contre Eliézer Niyitegeka et D'autres personnalités de l'ancien régime rwandais. Le témoin a expliqué qu'il avait accepté de faire un faux témoignages pour ne pas mettre sa vie en péril.

Le second témoin de la défense a pour sa part indiqué que l'ancien ministre Niyitegeka avait sauvé des Tutsis menacés par des miliciens.

Eliézer Niyitegeka répond de dix chefs D'accusation de génocide et de crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis en province de Kibuye (ouest du Rwanda) et ailleurs dans le pays. Il plaide non coupable. Eliézer Niyitegeka est défendu par deux avocats irlandais: Me Sylvie Geraghty et Me Feargal Kavanag. Ils affirment que leur client était "un homme de paix".

Le procureur accusé D'intimider des témoins de la défense
Mercredi, dans l’après-midi, Me Kavanag a accusé le substitut australien du procureur, Kenneth Fleming, D'avoir intimidé le deuxième témoin de la défense en alléguant qu'il est un parent de Niyitegeka. Me Kavanag a soutenu que le témoin a été diffamé par le parquet, car ce dernier a formulé des allégations sans preuve.

l'avocat irlandais a ajouté que de telles allégations pourraient décourager D'autres témoins de la défense à venir déposer, en particulier le témoin suivant. Me Kavanag a donc demandé à la chambre D'ordonner au procureur de présenter des excuses au témoin.

Kenneth Fleming a répondu qu'il ne pourrait avancer des allégations fondées sur des faits non avérés.

La chambre a indiqué qu'elle tranchera cette question en se fondant sur les arguments des parties.

Le procès Niyitegeka se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay, assistée des juges, norvégien Erik Mose, et sénégalaise, Andrésie Vaz.

Le troisième témoin de la défense a commencé sa déposition en fin de journée. Il la poursuivra jeudi matin.

AT/CE/GF/FH (NI-1023A )