08.10.2002 - TPIR/MILITAIRES - UN CONDAMNE DETENU AU MALI AUTORISE A TEMOIGNER DANS LE PROCES DES MI

Arusha, le 8 octobre, 2002 (FH) - Un individu condamné à quinze ans de prison par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), détenu au Mali, a été autorisé à venir témoigner dans le procès de quatre hauts gradés de l'ancienne armée rwandaise qui reprend le 18 novembre à Arusha (nord de la Tanzanie).

La troisième chambre de première instance du TPIR a ordonné au gouvernement malien de permettre le transfert à Arusha de l'ancien homme D'affaires et chef milicien Omar Serushago, cité comme témoin par l'accusation.

1 min 10Temps de lecture approximatif

Les juges ont décidé qu'il soit transféré en Tanzanie au plus tôt le 4 novembre prochain pour une durée maximale de trois mois.

Condamné définitivement en 1999 après avoir plaidé coupable de génocide et de crimes contre l'humanité, Omar Serushago, 41 ans, purge sa peine au Mali depuis le 9 décembre 2001.

Au terme D'un accord aux fins D'un aveu de culpabilité conclu avec le procureur, Omar Serushago a promis de témoigner dans D'autres affaires. Au mois de novembre 2001, il a déposé dans le procès de trois anciens responsables présumés des "médias de la haine".

Dans le procès des militaires, il devrait témoigner essentiellement contre l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva. Omar Serushago résidait à Gisenyi en 1994.

Anatole Nsengiyumva est coaccusé avec l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, l'ancien responsable des opérations à l'Etat-major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kigali, le major Aloys Ntabakuze.

Le procureur en est encore à son premier témoin, l'historienne américaine et activiste des droits de l'homme Alison Des Forges, sur deux-cents cinquante annoncés.

AT/GF/FH (ML-1008A )