19.09.2002 - TPIR/MEDIAS - FERDINAND NAHIMANA NIE AVOIR PARTICIPE A LA CREATION DES INTERAHAMWE

Arusha, le19 septembre 2002 (FH) - Un des promoteurs allégués de la Radio-télévision des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, a affirmé ne pas avoir joué un quelconque rôle dans la création de la milice Interahamwe, au deuxième jour de sa déposition devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Ferdinand Nahimana est coaccusé avec deux autres personnes dans le cadre du procès des "médias de la haine", qui ont incité au génocide et aux massacres D'opposants entre avril et juin 1994.

2 min 37Temps de lecture approximatif

Affiliée à l'ex-parti présidentiel, le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), la milice Interahamwe est considérée par le parquet comme étant le fer de lance de ce génocide.

"Les personnes qui formulent de telles accusations ne me connaissent certainement pas", a déclaré Ferdinand Nahimana, niant toute implication dans la création de cette milice. "Ceux qui me connaissent savent très bien que je n'ai joué aucun rôle", a-t-il poursuivi.

Ferdinand Nahimana a expliqué que le comité préfectoral de Ruhengeri (nord du Rwanda), dont il était membre, s'était opposé à l'installation des Interahamwe dans cette région. "Nous avons refusé que cette jeunesse Interahamwe qui, de notre point de vue, n'avait pas de statut clair, soit installée dans notre région" a-t-il
dit.

Bien que des témoins de l’accusation aient indiqué que Nahimana était l’un des membres du MRND responsables d’un document « théorique » sur l’idée de la formation des Interahamwe, ce dernier a accusé le parquet et ses témoins d’avoir « déformé » le contenu de ses livres et articles sur le Rwanda. Entre autres, le procureur accuse Nahimana d’avoir prôné la formation des Interahamwe dans son article « Stratégie pour la victoire du Rwanda ». Dans cet article, publié au début des années 90, Nahimana recommande la formation d’un système de « défense civile », solution aux problèmes du pays.

« Mon intention n’était pas de constituer une milice violente, mais une force populaire composée d’individus originaires de tous les groupes » a-t-il déclaré à la cour. Ferdinand Nahimana a par ailleurs nié avoir été lié D'une manière ou D'une autre au parti radical anti-tutsi, la Coalition pour la défense de la République (CDR), affirmant qu'il ne partageait nullement son idéologie.

Ferdinand Nahimana a indiqué qu'il était historien, adepte de l'idée du "peuple-nation" et que, contrairement à la CDR, il pensait que "les Hutus et les Tutsis avaient évolué D'une façon imbriquée, qu'il était impossible de se développer sans que tous participent à cet effort." Ferdinand Nahimana a déclaré qu'il était membre du parti MRND auquel il avait adhéré pour son idéologie de "paix, unité et développement".

l'accusé s'est par ailleurs désolidarisé du discours D'un des dirigeants du MRND en préfecture de Gisenyi (ouest du Rwanda), Léon Mugesera qui, en
novembre1992, avait appelé aux massacres de Tutsis. Ferdinand Nahimana a déclaré que ce discours avait "choqué les membres du MRND et la population rwandaise" dans son ensemble et qu'il avait soutenu personnellement les sanctions prises à l'encontre de l'orateur par le parti.

Léon Mugesera avait été radié du comité préfectoral de Gisenyi et une action judiciaire a été intentée contre lui, a dit Nahimana. Ferdinand Nahimana est coaccusé avec l'ancien conseiller politique et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi qu'avec l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze. Tous plaident non coupables.

Dans sa déposition, Ferdinand Nahimana a déclaré qu'il a présidé "la commission technique et programmes" de la RTLM, tandis que Barayagwiza en a
dirigé "la commission juridique".

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay, et composée en outre des juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana. La déposition de Ferdinand Nahimana se poursuit vendredi.

AT/CE/FH (ME-0919A )