12.09.2002 - TPIR/ARRESTATION - l'ANCIEN MAIRE DE MURAMBI ARRETE AU CONGO

Arusha, le 12 septembre, 2002 (FH) - l'ancien maire de Murambi (province Umutara, est du Rwanda), Jean-Baptiste Gatete, a été arrêté mardi au Congo Brazaville pour génocide, a rapporté Associated Press.

l'accusé a été interpellé dans le village de Ngombe, au nord de Brazaville, par la police locale.

1 min 21Temps de lecture approximatif

Il vivait au Congo Brazaville depuis 1996 sous un nom D'emprunt, Jean Nsengiyumva, et enseignait le français.

Le parquet du TPIR le poursuit pour des massacres de Tutsis dans la préfecture de Kibungo (est du Rwanda). l'accusé avait transité par Kibungo en avril 1994, fuyant l'avancée des troupes du Front patriotique rwandais (FPR), l'ex-rébellion à dominante tutsie aujourD'hui au pouvoir à Kigali.

Ingénieur agronome, Jean-Baptiste Gatete est devenu maire de Murambi dans les années 80, après avoir dirigé l'Office de valorisation agro-pastorale du Mutara (OVAPAM).

Le nom de Gatete est inscrit pour la première fois sur la liste noire des organisations de défense des droits de l'homme après l'attaque du FPR en octobre 1990.

A cette époque, Jean-Baptiste Gatete aurait fait arrêté plusieurs Tutsis de sa commune, les suspectant de complicité avec la rébellion. Une dizaine D'entre eux ont été transférés à la prison de Byumba et auraient été tués avant D'arriver à destination.

Jean-Baptiste Gatete a été limogé de son poste de maire par le premier gouvernement de coalition en 1993, sur recommandation D'une commission ad hoc chargée D'évaluer les agents de l'Etat. Il a été alors affecté au ministère de la famille et de la promotion féminine.

Après la victoire du FPR sur les ex-Forces armées rwandaises (FAR), Jean-Baptiste Gatete s'est réfugié dans plusieurs pays dont la Tanzanie et l'ex-Zaïre.

Jean-Baptiste Gatete était depuis quelque temps dans le collimateur des Américains qui l'accusaient de diriger une milice hutue active en République démocratique du Congo.

Au mois de février, le greffier du TPIR, Adama Dieng, s'était rendu à Brazaville et à Kinshasa pour négocier l'arrestation de Rwandais suspectés de génocide qui y vivraient. Les autorités gouvernementales l’avaient alors assuré de leur coopération.

AT/FH (AR-0912A)