29.08.2002 - TPIR/MILITAIRES - l'AVOCAT DU MAJOR ALOYS NTABAKUZE SE RETIRE DU DOSSIER

Arusha, le 29 août 2002 (FH) - Me Clemente Monterosso du barreau du Québec, avocat principal de l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kigali, le major Aloys Ntabakuze, a décidé de se retirer du dossier, a-t-on appris jeudi à Arusha.

Dans une déclaration remise à la presse, Me Monterosso a expliqué qu'il se sépare D'Aloys Ntabakuze "suite à un désaccord quant à la conduite de son dossier.

1 min 35Temps de lecture approximatif

Cela ne doit en rien affecter l'excellente défense qu'il présentera au moment venu et démontrera son innocence. Il s'agit D'un homme intègre".

Me Monterosso s'est gardé de révéler la nature du conflit. "Préciser la nature de notre désaccord romprait la confidentialité de nos relations professionnelles", a-t-il dit.

Le retrait de Me Monterosso survient à la veille de la reprise du procès de son client, coaccusé avec trois autres hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (FAR), devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Appelé communément "procès des militaires", cette affaire est programmée le 2 septembre.

Ntabakuze est co-accusé avec l'ancien directeur de cabinet au ministère rwandais de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, l'ancien commandant des opérations militaires dans la région de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, ainsi que le responsable des opérations militaires à l'Etat-major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi.

Ils sont notamment accusés D'entente en vue de commettre un génocide et de crimes de guerre. Ils plaident non coupables.

Ouvert sur le fond le 2 avril dernier, le procès avait été ajourné le jour suivant à la suite de l'impréparation du parquet. Les accusés avaient boycotté la déclaration liminaire du procureur, alléguant la violation de leurs droits à un procès équitable.

Les observateurs estiment que le départ de Me Monterosso ne devrait pas à lui seul retarder le procès. Il sera remplacé par son adjoint dans l'affaire, le Canadien
André Tremblay.

Aloys Ntabakuze a été arrêté au Kenya en juillet 1997. C'est la seconde fois qu'il se sépare de son avocat principal. Son premier défenseur était la Malgache Simonette Rakotondramanitra.

Le procès "des militaires" se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge George Lloyd Williams de Saint Kitts et Nevis, et composée par ailleurs des juges, slovène Pavel Dolenc et sénégalaise Andrésie Vaz.

GA/AT/GF/FH (ML-0829A)