24.07.2002 - TPIR/CYANGUGU - l'EX-MINISTRE NTAGERURA AFFIRME QU'IL NE CONTROLAIT PAS LES VEHICULES O

Arusha, le 24 juillet, 2002 (FH) - l'ancien ministre des transports et communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, a affirmé qu'il ne contrôlait pas les véhicules officiels pendant le génocide anti-tutsi et les massacres D'opposants en 1994, lors de son témoignage mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Poursuivi pour des massacres de Tutsis en province de Cyangugu (sud-ouest du Rwanda), André Ntagerura est accusé D'avoir notamment fourni des autobus qui ont transporté les assaillants et les munitions.

1 min 7Temps de lecture approximatif

André Ntagerura a déclaré que entre avril et juillet 1994, il avait perdu le contrôle du charroi de l'Etat. l'ancien ministre a expliqué que dès le 6 avril 1994, il ne pouvait exercer une quelconque autorité sur le personnel, car personne ne se rendait au travail.

André Ntagerura témoigne depuis une semaine pour sa propre défense. Mercredi, il était contre-interrogé par la représentante tanzanienne du parquet, Holo Makwaia.
Holo Makwaia a montré une lettre écrite en mai 1994, par laquelle l'accusé autorisait à un ministre du gouvernement intérimaire D'utiliser un véhicule officiel.

André Ntagerura a répondu que cela était un cas spécial. l'accusé aurait écrit cette lettre à la demande expresse du conseil des ministres, a-t-il dit.

André Ntagerura est coaccusé avec l'ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, ainsi que l'ancien commandant du camp militaire de Karambo à Cyangugu, le lieutenant Samuel imanishimwe. Ils plaident non coupables.

Ce procès du "groupe Cyangugu" se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge de Saint-Kitts et Nevis, George Llyod Williams, et composée en outre des juges, russe Yakov Ostrovsky, et slovène Pavel Dolenc. André Ntagerura poursuivra sa déposition jeudi.
AT/DO/FH (CY-0724A )