04.07.2002 - TPIR/MEDIAS - UNE NOUVELLE REQUETE DE NGEZE EN RECUSATION DE CONSEILS REJETTEE

Arusha, le 4 juillet, 2002 (FH) - La première chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a rejeté jeudi une nouvelle requête de l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, qui entendait récuser ses conseils, l'Américain Me John Floyd et le Canadien Me René Martel.

Coaccusé avec l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, ainsi que l'ancien conseiller politique et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine", Hassan Ngeze est en conflit permanent avec ses défenseurs dont il a souvent réclamé le départ.

1 min 31Temps de lecture approximatif

A un moment donné, la chambre l'a autorisé à les remplacer par des avocats qu'il payerait lui-même mais il n'y est pas parvenu.

Dans la requête rejetée jeudi, Ngeze affirmait que ses avocats ne le consultent pas pour préparer sa défense et sollicitait, en conséquence, contre-interroger lui-même un expert cité par le parquet, l'historien français Jean-Pierre Chrétien, qui témoigne dans ce procès depuis lundi.

Les juges ont ordonné à l'accusé de passer chaque fois par ses conseils s'il veut poser des questions à l'expert.

Les avocats ont indiqué à la chambre que les allégations de leur client étaient fausses. Les défenseurs de Hassan Ngeze ont affirmé qu'ils ont essayé à plusieurs reprises de le rencontrer au centre de détention mais qu'il avait refusé de les recevoir.

Me Floyd a déclaré que Hassan Ngeze était "une personne très difficile comme tout le monde ici le sait" et que ses avocats avaient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour l'assister. "Nous essayons de le rencontrer et certaines fois il coopère, D'autres pas", a indiqué en substance Me Floyd.

La juge Pillay a rappelé que ce n'est pas la première fois que la chambre reçoit des requêtes de Hassan Ngeze et que les juges se sont attelés à faire respecter ses droits.

Jeudi, Jean-Pierre Chrétien était interrogé par Me Martel. Le co-conseil de Hassan Ngeze plaide que l'expert "joue avec la réalité" en interprétant faussement la revue Kangura.

Hassan Ngeze et ses coaccusés sont poursuivis notamment pour entente et incitation à commettre le génocide. Ils plaident non coupables.
AT/DO/FH (ME-0704A )