02.07.2002 - TPIR/MEDIAS - LA DEFENSE DE NAHIMANA ACCUSE JEAN-PIERRE CHRETIEN DE DENATURER LES TEXTE

Arusha, le 2 juillet, 2002 (FH) - La défense de l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, a accusé l'historien français Jean-Pierre Chrétien de dénaturer les textes, mardi dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat français de Ferdinand Nahimana, Me Jean-Marie Biju Duval, a reproché à Jean-Pierre Chrétien, cité par le parquet comme expert, de faire une mauvaise interprétation des écrits de son client pour soutenir la cause de l'accusation.

1 min 50Temps de lecture approximatif

Jean-Pierre Chrétien était membre du jury, lorsque Ferdinand Nahimana défendait sa thèse en histoire dans une université parisienne dans les années 1980. Jean-Pierre Chrétien avait alors rendu un hommage appuyé à cette thèse, la qualifiant de "apport original à la connaissance de l'histoire du Rwanda".

Devant le TPIR, Jean-Pierre Chrétien a déclaré ne pas vouloir rélire l'histoire, mais a ajouté que compte tenu de ce qui s'est passé dans la suite, il s'interrogeait sur ce qui pouvait se trouver dans l'esprit de Ferdinand Nahimana à l'époque.

Selon Jean-Pierre Chrétien, la thèse de Ferdinand Nahimana a été exploitée à des fins politiques en mobilisant les Hutus contre les Tutsis au Rwanda, avant et pendant le génocide de 1994.

Me Biju Duval a mis au défi Jean-Pierre Chrétien de montrer un passage de la thèse de son client qui renfermerait ce message politique.

Jean-Pierre Chrétien a indiqué qu'il ne remettait pas en cause la qualité de ce travail mais a réitéré les réserves qu'il avait émises lors de la soutenance, à savoir que l'auteur avait une vision un peu idyllique des rapports sociaux dans les royaumes hutus du nord du Rwanda qu'il avait étudiés.

"Il y a des éléments dans son travail qui permettent de comprendre pourquoi il idéalise une idéologie hutue pure et dure", a dit Jean-Pierre Chrétien.
Jean-Pierre Chrétien a déclaré être attristé par le fait qu'il était en train de témoigner à charge contre son ancien étudiant, un historien qu'il avait trouvé sérieux et dynamique, a-t-il dit.

Ferdinand Nahimana est coaccusé avec l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

Ils sont poursuivis notamment pour génocide, entente en vue de commettre le génocide, incitation directe et publique à comettre le génocide et crimes contre l'humanité. Ils plaident non coupables.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanathem Pillay, et comprenant en outre les juges, norvégien Erik Mose, et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.
AT/DO/FH (me-0702a )