01.07.2002 - TPIR/CYANGUGU - LE PROCES DU GROUPE CYANGUGU A REPRIS LUNDI APRES-MIDI A HUIS CLOS

Arusha, le 1er juillet, 2002 (FH)- Le procès du groupe Cyangugu (sud-ouest du Rwanda) a repris lundi par une séance à huis clos devant la troisième chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

La défense de l'ancien ministre des transports et communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, un des co-accusés dans ce procès, a demandé à la chambre de lui accorder la matinée afin de préparer son témoin, dénommé "BCH" pour protéger son identité, au motif que ce dernier n'est arrivé à Arusha que dimanche dans la soirée.

2 min 43Temps de lecture approximatif

A la reprise des débats dans l'après-midi, l'avocat Canadien de Ntagerura, Me Henry Benoît, a obtenu une séance à huis-clos. Selon les prévisions de la défense, son vingt-huitième témoin devrait être suivi de l'enquêteur de la défense, le Canadien Léonard Brochu, et D'un autre témoin répondant au pseudonyme "HR2".

La défense envisage par ailleurs plaider une requête aux fins de citer, par vidéo-conférence, l'avant dernier témoin des faits, "K1H", qui ne pourra pas faire le déplacement D'Arusha. Si cette requête est acceptée, ce sera la deuxième fois que le Tribunal recourt à ce procédé utilisé antérieurement dans le procès des médias.

l'accusé devrait clôturer la série des témoins des faits en témoignant pour sa propre défense, après la déposition de quatre experts. Ces experts sont l'Américain Wayne Madsen, l'Allemand Uwe Friesecke, le Franco-Béninois Lucien Hounkpatin, et le Rwandais Antoine Nyetera. Le Tribunal avait refusé le statut D'expert à ce dernier dans le procès de l'ex-maire Laurent Semanza, actuellement en délibéré. Il avait finalement déposé comme témoin des faits.

Ntagerura est coaccusé avec l'ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, ainsi que l'ancien commandant du camp militaire de Karambo à Cyangugu, le lieutenant Samuel Imanishimwe. Les trois plaident non coupables. l'accusation allègue que plus de 100.000 Tutsis ont été massacrés dans cette région du Rwanda en l'espace de 23 jours. Le gouvernement rwandais a néanmoins dénombré 55.271 victimes du génocide dans cette province.

Les coaccusés de Ntagerura n'ont pas encore commencé à citer leurs témoins. Après Ntagerura, ce sera le tour de Samuel Imanishimwe, qui sera suivi, en dernier lieu, par Emmanuel Bagambiki. Le procès du groupe Cyangugu a débuté le 18 septembre 2000. Les débats sont présidés par le juge George Llyod Williams de Saint Kitts et Nevis, assisté des juges russe Yakov Ostrovsky, et slovène, Pavel Dolenc.
GA/AT/DO/FH (CY-0701a)

agé des gens à porter de faux témoignages contre "des personnes dont ils n'étaient pas contents", faisant notamment référence aux coaccusés.

"Quand J'ai entendu cela, J''étais surprise, J'étais étonné, choquée. J'ai vu qu'il y a des gens qui osent. J'ai compris que des personnes peuvent dire des choses impossibles", a fait remarquer le vingt et unième témoin de la défense, qui s'exprimait en sa langue maternelle, le kinyarwanda.

Le témoin a décrit le pasteur Elisaphan Ntakirutimana, 78 ans, comme un homme âgé et respectable qui " ne pouvait courir avec des voyous" pour tuer des gens. Le Dr Ntakirutimana, 45 ans, a de son côté été présenté "comme un homme très humble, très abordable, qui compatissait avec D'autres".

Lors de la déclaration liminaire, Me Clark avait déclaré que le pasteur Elisaphan Ntakirutimana "s'impliquait à sauver des âmes, comme Gérard Ntakirutimana était impliqué dans le soin aux malades".

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose et comprenant en outre les juges, sud-africaine Navanethem Pillay et sénégalaise Andrésie Vaz.

Le juge Mose sera absent à la reprise des débats jeudi et la journée suivante. Le procès se poursuivra néanmoins devant ses deux pairs. Le règlement du TPIR permet que les audiences ne soient pas interrompues lorsqu'un des juges de la chambre doit s'absenter pour une période n'excédant pas cinq jours.

AT/GF/FH (NT-0430A )