17.06.2002 - TPIR/NIYITEGEKA - NIYITEGEKA AURAIT REFUSE ASSISTANCE AUX RESCAPES TUTSIS

Arusha 17 juin 2002 (FH) - l'ancien ministre de l'information sous le gouvernement intérimaire, Eliézer Niyitegeka, aurait refusé assistance aux rescapés tutsis en mai 1994, a affirmé un témoin de l'accusation, lundi devant le Tribunal international pour le Rwanda (TPIR).

Eliézer Niyitegeka répond de dix chefs D'accusation de génocide et crimes contre l'humanité, incluant des assassinats et des violences sexuelles.

2 min 9Temps de lecture approximatif

Il plaide non coupable.

Désigné par les lettres "GK" pour protéger son anonymat, le deuxième témoin du parquet a allégué que l'accusé a adopté ce comportement lors D'une réunion tenue à Kibuye (ouest du Rwanda) le 3 mai 1994, sous la direction du premier ministre du gouvernement intérimaire, Jean Kambanda.

Selon le témoin, Eliézer Niyitegeka aurait répondu "de façon blessante" à un participant qui voulait savoir le type D'assistance que le gouvernement réservait aux Tutsis rescapés des massacres perpétrés dans la ville de Kibuye le mois précédent.

Le participant avait, à la même occasion, suggéré que le parti de l'accusé, le Mouvement démocratique républicain (MDR), donne des directives à sa jeunesse pour qu'elle cesse de participer aux tueries en cours et avait reçu la même réponse, selon M.GK.

"Je me souviens de la réponse que lui a donné M. Niyitegeka. Eliézer dans sa réponse lui a fait comprendre qu'il ne connaissait pas l'idéologie du MDR, que c'était quelqu'un qui ne savait pas ce qui se passait, et qui posait des questions relatives au passé, des questions sans importance, qu'il n'aurait pas dû en fait poser ces questions", a déclaré le témoin.

l'accusé aurait ajouté que celui avait posé la question s'immiscait dans les affaires D'un parti auquel il n'appartenait pas. Le concerné était le directeur de l'hôpital de Kibuye, Léonard Hitimana, qui avait recueilli ces rescapés, a dit le témoin.

Prenant la parole à la suite de Niyitegeka, le sécrétaire général du MDR, Donat Murego, aurait renchéri sous forme de poème. "Ce poème relatait ce que M. Niyitegeka avait dit, de façon plus poétique pour lui faire comprendre qu'il ne fallait pas poser cette question", a ajouté GK.

"Cet homme a eu peur. Toutes les personnes qui l'avaient également aidé à faire venir ces rescapé ont aussi eu peur à cause de ces réponses", a-t-il poursuivi. Ces rescapés ont été massacrés par la suite, selon le témoignage de GK.

Dans sa déclaration liminaire à l'ouverture du procès de Niyitegeka lundi matin, le substitut australien du procureur Kenneth Fleming avait indiqué que ces rescapés étaient au nombre de soixante-douze. C'était un mélange D'enfants et D'adultes, selon le témoin.

La déposition de GK se poursuit mardi matin. Le premier témoin du parquet a été un enquêteur du parquet, le policier hollandais Antonio Leucassen. Le parquet ne dispose pas D'autres témoins sur place. Le gouvernement rwandais a retardé la venue de plusieurs témoins à Arusha, au motif que le TPIR lui ne lui avait notifié à temps que leur présence était requise.

Eliézer Niyitegeka est défendu par l'avocate anglaise Me Sylvie Geraghty et un confrère irlandais Me Feargal Kavanag. l'accusé conteste qu'il ait été ministre de l'Information sous le gouvernement intérimaire, selon sa défense.

AT/GF/FH (NI-0617B )