09.05.2002 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - LE DR NTAKIRUTIMANA DECLARE AVOIR ETE TRES AFFECTE PAR LES EVENEME

Arusha 9 mai 2002 (FH) - Le Dr Gérard Ntakirutimana a déclaré avoir été affecté par les massacres survenus au Rwanda en 1994, au cours de son témoignage jeudi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le Dr Ntakirutimana dépose depuis mercredi pour sa propre défense.

1 min 44Temps de lecture approximatif

Il est coaccusé avec son père, le pasteur Elizaphan Ntakirutimana, de génocide et de crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis à Mugonero (province Kibuye, ouest du Rwanda) et dans les collines avoisinantes de Bisesero. Les coaccusés plaident non coupables.

"Ce que je voudrais dire à la chambre, c'est que nous avons été très affectés par ce qui s'est passé au Rwanda pendant cette période entre avril et juin 1994", a indiqué Gérard Ntakirutimana, après avoir nié toute participation aux crimes allégués. "Nous avons été attristés par ce qui s'est passé, par les événements, et je voudrais saisir cette occasion pour demander à toutes les personnes de bonne volonté D'œuvrer pour la paix avant qu'il y ait des conflits armés", a-t-il poursuivi.

"Maintenant J'entends parler D'un projet de prévention des conflits. Moi aussi je me joins à ceux qui travaillent pour la prévention des conflits. Il faut que toute l'humanité s'engage afin D'éviter que des situations conflictuelles dégénèrent en violences. Et comme ça, on ne pourra pas avoir des situations tragiques comme celle qu'on a vécue au Rwanda en 1994", a-t-il conclu.

Le Dr Ntakirutimana a déclaré qu'il n'était coupable de rien. "Je suis innocent et je prie pour que l'on puisse effectivement constater mon innocence", a-t-il dit.
Interrogé sur l'état D'esprit de son père pendant cette période, le Dr Ntakirutimana a indiqué que "il était très triste comme tout le monde.[…] C'était très pénible pour nous tous et davantage pour mon père qui était malade et qui avait ce traumatisme psychique à cause des événements qui se passaient dans la région".

Le pasteur Ntakirutimana est défendu par l'avocat américain Me Ramsey Clark, Gérard Ntakirutimana par le Canadien Me David Jacobs. Les avocats plaident que les accusations retenues contre leurs clients n'ont aucun sens.

Le procès des Ntakirutimana se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose et composée en outre des juges, sud-africaine Navanethem Pillay et sénégalaise Andrésie Vaz. Vendredi matin, Gérard Ntakirutimana sera contre-interrogé par le parquet. Les débats devraient être clôturés le même jour. Ce procès a été ouvert sur le fond le 18 septembre 2001.

AT/GF/FH (NT-0509A )