09.05.2002 - TPIR/KAMUHANDA - LA FAMILLE D’UN TEMOIN A CHARGE CONTRE KAMUHANDA SERAIT MENACEE

Arusha 09 mai 2002(FH) - La famille du vingt-septième témoin à charge contre l’ex-ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la culuture, Jean de Dieu Kamuhanda, serait menacée au Rwanda, a déclaré jeudi le représentant du parquet devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda(TPIR).

Désigné sous le pseudonyme "GKI", pour protéger son identité, le témoin qui dépose depuis mercredi, principlement à huis clos, est une femme tutsie qui se présente au prétoire avec son bébé.

1 min 27Temps de lecture approximatif

Mercredi après-midi, l’audience a dû être suspendue pendant vingt minutes pour permettre à la dame d’allaiter son enfant.

Le représentant irlandais du procureur, Marks Moore, a fait part à la cour des menaces que subirait la famille du témoin au Rwanda. "Ce témoin a une preuve hautement significative pour ce procès, et je ne me laisserais pas intimidé par ces menaces"a-t-il ajouté. Il a par ailleurs indiqué que le témoin, par crainte pour sa sécurité, a dû venir à Arusha lundi par ses propres moyens, ne voulant pas prendre l'avion du TPIR au bord duquel voyagent normalement les autres témoins venus du Rwanda.

Le procès a été suspendu pendant deux heures, le témoin ayant refusé de comparaître. Il n’a repris, toujours à huis clos, qu’après que le témoin ait reçu des assurances de la part du greffe concernant sa sécurité et celle de sa famille.

L’avocate principale de Kamuhanda, la Guinéenne Me Aicha Condé a souligné que ni son équipe, ni la famille de son client n’étaient impliquées dans ces menaces alléguées par le témoin.

Jean de Dieu Kamuhanda, 48 ans, répond de neuf chefs d’accusation de génocide et de crimes contre l’humanité. Il est particulièrement poursuivi pour des crimes commis dans sa commune natale de Gikomero (province Kigali rural, centre du Rwanda). Il plaide non coupable.

Le procès se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule, et composée en outre des juges, malgache Arlette Ramaroson et lesothan Winston Churchill Matanzima Maqutu.

BN/AT/GF/FH(KH-0509A)