08.05.2002 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - LE DR NTAKIRUTIMANA TEMOIGNE POUR SA PROPRE CAUSE

Arusha 8 mai 2002 (FH) - Le Dr Gérard Ntakirutimana a commencé à témoigner pour sa propre cause mercredi après midi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le témoignage du Dr Ntakirutimana est intervenu après celui de son père, le pasteur Elizaphan Ntakirutimana, avec qui il est coaccusé.

1 min 48Temps de lecture approximatif

Le parquet du TPIR les poursuit pour génocide et crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis à Mugonero (province Kibuye, ouest du Rwanda) et les collines avoisinantes de Bisesero en 1994. Ils plaident non coupables.

Le Dr Gérard Ntakirutimana a indiqué, au début de sa déposition, qu'il a grandi à l'ombre de l'église adventiste. "Je suis né dans une famille de parents adventistes. Mon père travaillait effectivement pour l'église adventiste. Et ça faisait partie vie de notre vie quotidienne"

Elizaphan Ntakirutimana était pasteur à l'église adventiste de Mugonero et responsable de la zone "Rwanda ouest" et Gérard Ntakirutimana, médecin à cet endroit.

Le Dr Ntakirutimana a fait ses études de médecine au Rwanda et aux Etats Unis. Il a déclaré qu'à la fin de son séjour en Amérique, son frère ainé, qui réside là-bas, lui avait conseillé de rester sur place pour gagner plus D'argent. Mais il avait choisi de regagner le Rwanda. "Je brûlais de rentrer chez moi pour aider mon peuple", a-t-il déclaré.

Le Dr Ntakirutimana a indiqué que lorsqu'il a demandé à être engagé comme médecin à l'hôpital de Mugonero, il a été séduit par la vision intégrée de la médecine qu'avait son directeur, un médecin expatrié, Oscar Jordano.

"Il voulait transformer la manière dont les gens étaient soignés, s'occuper de la promotion de la santé, de prévention… C'était un bon projet de médecine intégrée et J'étais intéressé", a-t-il expliqué.

Le témoin a ajouté que le Dr Jordano considérait "l'individu comme un tout", et disait que lorsque l'on se trouve en présence D'un malade, il faut certes le soigner mais également remonter jusqu'aux origines de son mal qui pouvaient être économiques, sociales, psychologiques ou autres.

Le Dr Ntakirutimana a servi à l'hôpital de Mugonero entre 1993 et 1994. Auparavant, il avait été enseignant à la faculté de médecine de l'Université nationale du Rwanda et au Centre universitaire de santé publique.

Le procès des Ntakirutimana se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose et comprenant en outre les juges, sud-africaine Navanethem Pillay et sénégalaise Andrésie Vaz.

Elizaphan Ntakirutimana est défendu par l'avocat américain Me Ramsey Clark et Gérard Ntakirutimana, par le Canadien Me David Jacobs. La déposition de Gérard Ntakirutimana se poursuit jeudi.

AT/GF/FH (NT-0508A )