06.05.2002 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - LE PASTEUR NTAKIRUTIMANA AFFIRME AVOIR DEMANDE VAINEMENT DE l'AIDE

Arusha 6 mai 2002 (FH) - Le pasteur Elizaphan Ntakirutimana a affirmé avoir demandé vainement assistance pour des Tutsis réfugiés au complexe adventiste de Mugonero (province Kibuye, ouest du Rwanda) en avril 1994, lors de son témoignage lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Coaccusé avec son fils le Dr Gérard Ntakirutimana de génocide et de crimes contre l'humanité, Elizaphan Ntakirutimana témoigne pour sa propre défense.

1 min 44Temps de lecture approximatif

Elizaphan Ntakirutimana a indiqué que le 15 avril 1994 au soir, des pasteurs tutsis réfugiés à Mugonero lui ont adressé une lettre en le priant D'intervenir en leur faveur auprès du maire de la localité, car ils avaient appris que : "demain nous allons mourir avec nos enfants. Et même nos familles".

"Cette lettre m'a accablé. Je ne savais pas comment me comporter. Et J'ai commencé à trembler. Je ne savais pas que le sort qui attendait ces personnes était celui-ci. Et cela ne s'était jamais produit au Rwanda", a expliqué le pasteur Ntakirutimana.

Elizaphan Ntakirutimana a rapporté que le matin du 16 avril 1994, en compagnie de Gérard Ntakirutimana, il est allé voir le maire et ce dernier lui a répondu: "Je ne peux rien faire. Il n'y a pas de gouvernement. Je n'ai pas de pouvoir."

Elizaphan Ntakirutimana est ensuite retourné à Mugonero et a écrit à son tour aux pasteurs menacés pour les informer que le maire "a catégoriquement refusé" de leur porter assistance et qu'il fallait s'en remettre au bon Dieu. "Je sais, que, vous les pasteurs, vous n'avez fait aucune faute et que vous êtes entre ses mains", a-t-il consigné dans sa lettre. l'ex-maire de Gishyita, Charles Sikubwabo, est recherché par le TPIR depuis 1995.

Des témoins de l'accusation ont allégué qu'Elizaphan Ntakirutimana n'avait rien fait pour sauver la vie des réfugiés.

Le complexe de Mugonero a été attaqué le 16 avril 1994 et environ six mille Tutsis y ont été tués, selon le parquet.

Le pasteur Ntakirutimana a affirmé qu'il a quitté Mugonero le jour de l'attaque après avoir été informé par un gendarme que "si vous ne quittez pas cet endroit, c'en est fait de vous".

Elizaphan Ntakirutimana a indiqué qu'il est parti avec Gérard Ntakirutimana et D'autres personnes. Le pasteur Ntakirutimana et Gérard Ntakirutimana sont accusés D'avoir participé personnellement à l'attaque du complexe de Mugonero.

Le témoignage D'Elizaphan Ntakirutimana se poursuivra mardi matin. Gérard Ntakirutimana devrait également témoigner pour sa propre défense.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose et comprenant en outre les juges, sud-africaine Navanethem Pillay, et sénégalaise Andrésie Vaz.

AT/GF/FH (NT-0506B )