17.04.2002 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - LE DR NTAKIRUTIMANA N'A JAMAIS DISCRIMINE LES MALADES, SELON UN TE

Arusha 16 avril 2002 (FH) - Le Dr Gérard Ntakirutimana n'a jamais discriminé les malades selon leur ethnie, a affirmé un témoin de la défense mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Gérard Ntakirutimana est coaccusé avec son père, le pasteur Elisaphan Ntakirutimana, de génocide et de crimes contre l'humanité.

1 min 29Temps de lecture approximatif

Ils plaident non coupables.

Désigné par le chiffre "n° 32" pour protéger son anonymat, le quatorzième témoin de la défense travaillait à l'hôpital de Mugonero (province Kibuye, ouest du Rwanda) avec le Dr Ntakirutimana.

Un témoin de l'accusation entendu le 28 septembre 2001 avait allégué qu'après la mort de l'ex-président Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, "lorsque les blessés ont commencé à affluer en provenance des communes où il y avait des violences, il [le Dr Ntakirutimana] a arrêté les travaux et a fermé la chirurgie en déclarant qu'il n'avait plus D'outils nécessaires pour soigner les Tutsis".

Le témoin en question est une femme tutsie qui était infirmière à l'hôpital de Mugonero en 1994.Selon elle, seuls les infirmiers ont continué à s'occuper des malades, après que le Dr Ntakirutimana ait cessé le travail.

Mardi, le quatorzième témoin de la défense a déclaré que "que ce soit avant la mort de Habyarimana ou après, nous n'avons jamais soigné les malades selon leur groupe ethnique".

Le témoin a expliqué que "le Dr Gérard ne s'est jamais occupé des malades de cette façon-là. Il soignait les malades de la même manière". La déposition de ce témoin vient corroborrer celle du cinquième témoin à décharge qui, le 12 février dernier, avait déclaré que, "personne ne s'est plaint de la négligence du docteur vis-à-vis des malades. Et je n'ai jamais vu une telle situation".

Le procès des Ntakirutimana se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose, et comprenant en outre les juges, sénégalaise Andrésie Vaz et sud-africaine, Navanethem Pillay.

Le Dr Ntakirutimana est défendu par l'avocat canadien, Me David Jacobs, et le pasteur Ntakirutimana par l'avocat américain, Me Ramsey Clark. La défense entend citer une trentaine de témoins.

AT/GF/FH (NT-0416A )