12.04.2002 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - l'EPOUSE DU DR NTAKIRUTIMANA TEMOIGNE EN FAVEUR DE SON MARI ET DE

Arusha 12 avril 2002 (FH) - l'épouse de l'ancien médecin à l'hôpital de Mugonero (province Kibuye, ouest du Rwanda), le Dr Gérard Ntakirutimana, a témoigné en faveur de son mari et de son beau-père, le pasteur Elisaphan Ntakirutimana, coaccusés de génocide et de crimes contre l'humanité devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Mme Anne Nzabumunyurwa Ntakirutimana a déclaré que les accusés n'ont pas participé aux massacres de Tutsis à Mugonero et dans les collines avoisinantes de Bisesero, comme l'allègue le parquet.

1 min 21Temps de lecture approximatif

l'épouse du Dr Gérard Ntakirutimana a affirmé que les accusés n'ont jamais porté une arme ou adhéré à un parti politique. "Quand on est adventiste pratiquant, on ne fait pas de la politique", a indiqué le témoin, qui a comparu jeudi et vendredi.

Mme Nzabumunyurwa Ntakirutimana a par ailleurs affirmé que son mari et son beau-père n'avaient pas D'affinités avec les hommes politiques. Le parquet allègue qu'ils ont agi de concert avec certains responsables locaux pour commettre le génociode anti-tutsi et les massacres D'opposants.

Le témoignage de l'épouse du Dr Ntakirutimana a suivi celui de sa belle-mère, Mme Royizi Nyirahakizimana, la femme du pasteur.

Selon Mme Royizi Nyirahakizimana, les Ntakirutimana ont quitté leur domicile de Mugonero le 16 avril 1994, en raison de l'insécurité qui sévissait dans la localité.
Le parquet allègue que Ntakirutimana père et fils ont notamment participé aux massacres de Tutsis à Mugonero, le 16 avril 1994. Mme Royizi Nyirahakizimana Ntakirutimana a indiqué que toute sa famille a été absente de Mugonero pendant deux semaines à partir du 16 avril 1994. l'épouse du Dr Gérard Ntakirutimana a fait le même témoignage.

Le procès des Ntakirutimana se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose et comprenant en outre les juges, sud-africaine Navanethem Pillay et sénégalaise Andrésie Vaz.

Elizaphan Ntakirutimana est défendu par l'avocat américain Me Ramsey Clark, Gérard Ntakirutimana par l'avocat canadien Me David Jacobs.

AT/GF/FH (nt-0412a )