10.04.2002 - TPIR/KAJELIJELI - LA DEFENSE DE KAJELIJELI NIE AVOIR ACQUIS DES DOCUMENTS ILLEGALEMENT

Arusha 10 avril 2002 (FH) - L’avocat de l’ex-maire de Mukingo (province de Ruhengeri, nord-ouest du Rwanda), Juvénal Kajelijeli, l'Américain Me Lennox Hinds, a nié, mercredi, avoir acquis D'une façon illégale des documents dans une prison rwandaise.

"J’ai obtenu ces documents à travers une permission officielle.

2 min 1Temps de lecture approximatif

On m’avait commis une secrétaire qui s’est assise avec moi quand j’épluchais les dossiers des détenus que je voulais. J’ai fait des photocopies avec l’aide de la secrétaire. J’ai tout fait officiellement" a déclaré Me Hinds, au cours d’un point de presse au siège du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha.

Me Hinds réagissait aux allégations selon lesquelles il se serait rendu à la prison de Ruhengeri sans autorisation, y aurait pris des documents frauduleusement et aurait distribué à des témoins potentiels de la défense des déclarations des témoins protégés de l’accusation avec mention des noms de ces derniers.

Au cours d’une conférence de presse mardi, le représentant du gouvernement rwandais auprès du TPIR, Martin Ngoga , avait indiqué que son gouvernement allait soumettre un rapport au greffier de la juridiction internationale sur l’acquisition non autorisée par les autorités de vingt-six documents judiciaires par l’avocat de Kajelijeli.

Ces documents ont trait aux aveux de culpabilité des témoins détenus au Rwanda, qui sont venus déposer à charge contre l’ex-maire de Mukingo. "Nous voulons que ces documents retournent au Rwanda. Si l’avocat en a besoin, une procédure appropriée devra être appliquée pour les obtenir", a souligné Martin Ngoga.

Ngoga a ajouté que non seulement l’avocat avait acquis des documents sans autorisation, mais qu'il avait aussi corrompu les officiels de la prison de Ruhengeri et certains témoins potentiels.

Pas un verre de jus ni un chewing-gum.

"Je n’ai donné ni de l’argent, ni un verre d’eau, ni un verre de jus, ni un chewing-gum à qui que ce soit, rien, rien rien" a rétorqué Me Hinds. L’avocat américain a déclaré avoir les copies des autorisations des autorités compétentes qui lui permettaient de se rendre à Ruhengeri et de contacter les officiels de cette province.
“Ce qui est arrivé” a dit Me Hinds, "c’est que quelqu’un a été alerté que j’ai utilisé ces documents dans mon procès au TPIR pour prouver que les déclarations des témoins de l’accusation résultaient d’une fabrication"

Me Hinds a nié par ailleurs avoir distribué des déclarations des témoins. Les seuls documents livrés aux détenus sont des exemplaires des formulaires que remplissent les témoins qui souhaitent avoir des mesures de protection, de même que les copies de sa requête sur le harcèlement de ses témoins potentiels par un substitut du procureur de Ruhengeri.

Le rapport effectué par les autorités rwandaises indique que les témoins potentiels de la défense de Kajelijeli détenus au Rwanda n'ont pas été harcelés par qui que ce soit.

BN/AT/GF/FH(KJ-0410B)