04.04.2002 - TPIR/BUTARE - LE PROCES DU GROUPE BUTARE SUSPENDU JUSQU’EN MAI PROCHAIN

Arusha 4 avril 2002(FH) – Le procès de six personnes accusées des crimes commis en préfecture de Butare (sud du Rwanda), en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda(TPIR), a été suspendu jusqu’au 20 mai prochain.

Sont concernés par ce procès, l'ex-ministre de la famille et de la promotion féminine, Pauline Nyiramasuhuko, première femme à être inculpée par une juridiction internationale ainsi que son fils Arsène Shalom Ntahobali, les ex-préfets Alphonse Nteziryayo et Sylvain Nsabimana, et deux ex-maires : celui de Ngoma, Joseph Kanyabashi, et de Muganza, Elie Ndayambaje.

1 min 22Temps de lecture approximatif

Le procès a été suspendu après l’audition du dixième témoin de l’accusation. Quatre témoins, dont trois détenus au Rwanda, ont été entendus au cours de cette
session qui avait commencé le 4 mars dernier.

Le procès Butare est celui qui regroupe le plus grand nombre D'accusés que le TPIR ait jamais mené. Ce procès se heurte actuellement au problème de présentation des témoins de l’accusation.

Le 27 mars dernier, la chambre a ainsi décidé de rayer dix témoins de la liste initiale du procureur, au motif que le parquet n'a pas pu communiquer leurs
déclarations à la défense dans les délais prescrits, ceux-ci lui ayant refusé la coopération.En janvier dernier, deux associations des victimes du génocide rwandais de 1994, Ibuka et AVEGA, dont bon nombre de témoins du parquet sont membres, avaient décidé de suspendre leur coopération avec le TPIR, invoquant le harcèlement dont les témoins seraient l'objet.

Le procès de Butare se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule, et composée en outre des juges malgache Arlette Ramaroson, et lesothan Winston Churchill Matanzima Maqutu.

La chambre alterne ce procès avec celui de l'ex-maire de Mukingo (province Ruhengeri,nord du Rwanda) Juvénal Kajelijeli, et celui de l'ex-ministre de l'enseignement supérieur et de la culture, Jean de Dieu Kamuhanda. Le procès Kajelijeli reprend lundi prochain.

BN/GF/FH(BT-0404B)