26.03.2002 - TPIR/CYANGUGU - LA DEFENSE DE NTAGERURA CITE UN ENQUETEUR DU PARQUET

Arusha 26 mars 2002 (FH) - La défense de l'ex-ministre des transports et communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, a appelé à la barre un enquêteur du parquet, mardi, dans le procès du groupe Cyangugu (sud-ouest du Rwanda) en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Affecté au bureau du procureur à Kigali, le Ghanéen Wilson Afryie Yorke a mené des enquêtes sur le dossier Cyangugu, dont le procès regroupe, outre Ntagerura, l'ancien préfet de Cyangugu Emmanuel Bagambiki, et l'ancien commandant du camp militaire de Karambo dans la même région, le lieutenant Samuel Imanishimwe.

2 min 38Temps de lecture approximatif

Tous trois plaident non coupables aux accusations de génocide anti-tutsi à Cyangugu en 1994.

Dans une déclaration faite à Afryie Yorke le 29 mai 2000, un témoin du parquet dénommé "LAB" pour protéger son identité a affirmé que Ntagerura s'était rendu à l'usine de thé de Shagasha le 11 avril 1994 pour y tuer des Tutsis, et qu'il y aurait ordonné l'exécution D'une dame du nom de Mukakalisa.

"J'ai donné les réponses telles que le témoin (LAB) me les a données", a affirmé Afryie Yorke, ajoutant que le témoin lui donnait des réponses "spontanément" sur Shagasha.

Lors de sa déposition en janvier 2001, LAB a nié avoir rencontré l'enquêteur ghanéen, expliquant que l'incident de Shagasha s'était passé fin avril 1994, et non pas le 11 avril.

La défense de Ntagerura a par la suite cité son seizième témoin, désigné par les lettres "BAH" pour préserver son anonymat. Ce dernier a affirmé que des Tutsis avaient trouvé refuge dans la famille de Ntagerura en mai 1994, et que personne D'entre eux n'avait été attaqué.

Lundi, la chambre avait entendu la déposition du général de brigade, Gratien Kabiligi, détenu au TPIR. l'accusé a affirmé que le 28 janvier 1994, il était en mission D'état en Egypte. Pourtant, en septembre dernier, deux témoins du parquet avaient affirmé qu'à cette date, Ntagerura était venu à Bugarama à bord D'un hélicoptère, en compagnie du général, pour distribuer des armes aux Interahamwe (milice de l'ex-parti au pouvoir, le MRND).

Lors du contre-interrogatoire, le substitut ougandais du procureur, Richard Karegesya a relevé que le général avait voyagé sous de fausses identités entre 1993 et 1997. Le procureur a exhibé trois passeports différents portant la photographie du général. Le premier, acquis à Cyangugu en 1993, porte le nom de Michel Kabamba, le second, acquis en 1994 à Kinshasa dans l'ex-Zaïre, porte le nom de Joseph Baguma, et le troisième, acquis aussi à Kinshasa en 1997, porte le nom de Bashizi Rwabaguma.

Le général Kabiligi a reconnu avoir acquis le passeport de 1997 avec l'aide des autorités ex-zaïroises, et plaidé qu'il devait cacher son identité parce qu'il était recherché. "Le FPR (le Front patriotique rwandais, ancien mouvement rebelle, actuellement au pouvoir à Kigali) me cherchait pour me tuer", a-t-il dit. A la question de savoir s'il pouvait produire le document de voyage qu'il avait utilisé lors de sa mission en Egypte, le générale a répondu qu'il n'en avait plus, mais que les détails de son voyage devaient être consignés dans les archives du ministère rwandais des affaires étrangères du RWANDA. En janvier 1993, le général Kabiligi était chef de service du bureau G3 ('General Staff 3') de l'Etat Major rwandais, chargé de l'instruction, de l'organisation et des opérations. Il avait été muté du secteur opérationnel de Byumba.

Le général Kabiligi est co-accusé avec trois autres personnes dans le procès dit "des militaires"qui s'ouvre le 2 avril. Ses coaccusés sont l'ancien chef de cabinet au ministère rwandais de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, et deux autres officiers supérieurs : le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva et le major Aloys Ntabakuze.

Le procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge George Williams de Saint Kitts et Nevis, et comprenant par ailleurs, les juges russe Yakov Ostrovsky, et slovène Pavel Dolenc.

GA/AT/GF/FH (CY-0326A)