22.03.2002 - TPIR/MEDIAS - RTLM ET KANGURA UTILISAIENT UN LANGAGE CODE, SELON UN EXPERT

Arusha 22 mars 2002 (FH) - La Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM) et la revue Kangura utilisaient un langage codé, a affirmé un linguiste cité comme témoin expert par l'accusation dans le procès des anciens responsables des médias de la haine, en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le linguiste rwandais Mathias Ruzindana a indiqué qu'au Rwanda, le langage indirect est un phénomène de société.

1 min 20Temps de lecture approximatif

"Le langage indirect est très important chez les Rwandais. Les Rwandais aiment parler en utilisant des métaphores. Ils sont rarement directs", a déclaré Mathias Ruzindana.

l'expert cité par l'accusation a évoqué une série de "mots codes" qui, dans leur acception première, désignent autre chose, mais qui dans le contexte de guerre que connaissait le Rwanda en 1994, signifaient "Tutsis".

Le parquet allègue que la RTLM et Kangura ont incité au génocide anti-tutsi et aux massacres D'opposants qui ont fait un million de morts en trois mois, selon un bilan établi par le gouvernement rwandais.

Le témoin a notamment cité les termes Inkontanyi (lutteurs), Inyenzi (cancrelats), Umwanzi (ennemi), Inzoka (serpent), Icyitso (complices qui, a-t-il dit, étaient perçus comme référants à des Tutsis).

Mathias Ruzindana est un ancien professeur D'université qui travaille actuellement dans la section des langues au TPIR à Kigali. Il s'est notamment occupé de la transcription et de la traduction des émissions de la RTLM, et au sens des mots utilisés dans Kangura.

Le procès des médias concerne l'ancien promoteur de la RTLM, Ferdinand Nahimana, l'ancien directeur des affaires politiques et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze. Ils plaident non coupables.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre les juges, norvégien Erik Mose, et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana. La déposition de Mathias Ruzindana se poursuit lundi prochain.

AT/GF/FH (ME-0322A )