12.03.2002 - TPIR/MEDIAS - LA DEFENSE DE NAHIMANA CRITIQUE LES METHODES DE TRAVAIL D'UN ENQUÊT

Arusha 12 mars 2002 (FH) - La défense de l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, a critiqué les méthodes de travail D'un ex-enquêteur du parquet, mardi dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocate anglaise Me Diana Ellis, co-conseil de Ferdinand Nahimana, un des accusés dans ce procès, a reproché à l'ex-officier dans l'armée du Bangladesh, Kaiser Rizvi, qui dépose dans ce procès depuis vendredi dernier, de n'avoir pas procédé à la vérification des déclarations des témoins à charge.

1 min 46Temps de lecture approximatif

Kaiser Rizvi a travaillé comme enquêteur du parquet du TPIR dans le dossier des médias entre septembre 1996 et juillet 2001, avant de rejoindre le Tribunal de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie. Au TPIR, il a notamment recueilli des déclarations des témoins à charge et collecté des cassettes contenant des émissions de la RTLM.

Me Ellis s'est appesantie sur la déclaration D'un témoin présenté sous le pseudonyme "AEN", qui a affirmé que Ferdinand Nahimana aurait participé à une réunion, le 12 avril 1994 dans sa commune natale de Gatonde (province Ruhengeri, nord du Rwanda), au cours de laquelle des massacres de Tutsis avaient été évoqués. La défense de Nahimana dispose D'une preuve D'alibi pour cette période.

Kaiser Rizvi a répondu qu'il avait effectivement été informé de cet alibi par le substitut camerounais du procureur, William Egbe, mais que "notre travail consistait à confronter le témoin sans lui donner D'indications".

Me Ellis a par la suite demandé à l'ex-enquêteur du parquet s'il n'avait pas constaté que certains témoins à charge ne disaient pas la vérité. Kaiser Rizvi a répondu :"Je ne sais pas. Quel que soit ce qu'ils disent, nous le rapportons".

Kaiser Rizvi a terminé sa déposition mardi soir. Il sera suivi mercredi matin par un autre enquêteur du parquet, Aaron Musonda.

Le procès des médias concerne, outre Ferdinand Nahimana, l'ancien conseiller poliitique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ex-directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

l'avocat canadien Me René Martel, co-conseil de Hassan Ngeze, a D'ores et déjà indiqué qu'il allait s'opposer à la présentation en preuve "D'un camion de documents", envisagée par la représentante américaine du parquet, Simone Monasebian, par l'intermédiaire D'Aaron Musonda.

Le procès des médias se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre les juges, norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

AT/GF/FH (ME-0312b )