07.03.2002 - TPIR/RUTAGANIRA - LA COMPARUTION INITIALE DE RUTAGANIRA REPORTEE SINE DIE

Arusha 7 mars 2002 (FH) - La comparution initiale de l'ex-conseiller communal de Mubuga (province Kibuye, ouest du Rwanda), Vincent Rutaganira, a été reportée sine die, à la demande de toutes les parties, a constaté jeudi l'agence Hirondelle.

Amaigri, assisté D'un interprète kinyarwandaphone, Vincent Rutaganira, 56 ans, s'était présenté devant la juge sénégalaise Andrésie Vaz de la première chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), mais la défense et le parquet ont aussitôt demandé que sa comparution soit ajournée.

1 min 13Temps de lecture approximatif

Le substitut nigérian du procureur, Charles Philips-Adeogun a indiqué que l'ex-conseiller communal n'avait pas disposé D'assez de temps pour examiner son acte D'accusation et que ledit document comportait en outre des différences entre ses versions française et anglaise qu'il fallait expurger.

l'avocat tanzanien de permanence, Me Francis Musei, a soutenu la proposition du parquet, de même que l'accusé lui-même. La juge Vaz a laissé au greffe le soin de fixer une nouvelle date pour la comparution initiale de l'accusé.

Vincent Rutaganira a été transféré au TPIR lundi dernier à partir de Kigoma (ouest de la Tanzanie), où il avait transité en provenance du Congo démocratique.
l'ex-conseiller municipal a expliqué qu'il s'était rendu volontairement au TPIR, "parce que je suis un homme qui aime dire la vérité, un chrétien et un homme épris de paix".

l'acte D'accusation contre Rutaganira a été établi en 1995. Il est poursuivi pour génocide et crimes contre l'humanité dans sa localité.

Vincent Rutaganira s'est plaint de ce que les membres de sa famille seraient persécutés par des rescapés du génocide au Rwanda, et a sollicité la protection pour un de ses fils ainsi que pour un citoyen congolais qui l'ont accompagné en Tanzanie pour faciliter sa reddition. La juge Vaz n'a pas répondu à la demande de l'accusé.

AT/GF/FH (rt-0307a )