06.03.2002 - TPIR/MEDIAS - LA CHAMBRE DEMANDE AU PROCUREUR DE RESPECTER LES DELAIS

Arusha 6 mars 2002 (FH) - La chambre a rappelé mercredi au procureur qu'il doit respecter les délais fixés pour la présentation de ses moyens de preuve, dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

"En mai 2002, vous devez avoir terminé vos moyens de preuve", a insisté la présidente de la première chambre de première instance du TPIR, la juge sud-africaine Navanethem Pillay, à l'adresse du procureur.

1 min 10Temps de lecture approximatif

La juge Pillay réagissait aux informations fournies par le procureur relatives à l'indisponibilité de certains de ses témoins pour diverses raisons, dont la maladie et les études. Les juges ont invité le procureur à trouver des témoins de substitution pour ne pas perturber le calendrier de la chambre.

Commencé en octobre 2000, le procès des médias concerne l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, l'ex-conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

Mercredi, la chambre a terminé l'audition du quarantième témoin de l'accusation : l'ancien présentateur italo-belge à la RTLM, Georges Ruggiu.

La défense a plaidé que sa déposition n'était pas crédible. l'avocat canadien Me René Martel, co-conseil de Hassan Ngeze, a estimé que le témoignage de Ruggiu se résumerait ainsi :"Je ne sais rien, mais je dirai tout".

Georges Ruggiu, qui avait commencé sa déposition le 28 février, a reconnu qu'il pourrait y avoir des erreurs dans son témoignage mais qu'il avait essayé D'être honnête. Les deux témoins suivants seront des enquêteurs du procureur. Les débats se poursuivront vendredi matin.

AT/GF/FH (me-0306a )