05.03.2002 - TPIR/MEDIAS - RUGGIU A UN ESPRIT DE REVANCHE SOCIALE, AFFIRME UN AVOCAT

Arusha 5 février 2002 (FH) - l'ex-présentateur italo-belge à la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Georges Ruggiu, a un esprit de revanche sociale, a affirmé un avocat de la défense, mardi, dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat italien Me Giacomo Barletta Caldarera, qui représente l'ancien directeur des affaires politiques au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayayagwiza, un des trois coaccusés, a indiqué que le quarantième témoin à charge avait eu, dans le passé, des problèmes familiaux et psychologiques qui pourraient entraîner un tel comportement.

1 min 47Temps de lecture approximatif

Georges Ruggiu a admis sa fragilité psychique mais a ajouté : "Je n'ai pas de revanche sociale à prendre. Je pense que les problèmes que J'ai actuellement sont suffisants".

Georges Ruggiu a été condamné à douze ans D'emprisonnement le 1er juin 2000 par le TPIR après avoir plaidé coupable D'incitation à commettre le génocide. Le repenti a indiqué qu'il avait accepté de témoigner à charge "parce que je suis convaincu D'avoir commis des crimes au Rwanda en 1994, et que c'est ma seule méthode D'apporter une réparation aux crimes que J'ai commis."

l'ex-présentateur à la RTLM a ajouté : "J'ai témoigné parce que J'ai donné ma parole de témoigner. Je dirais que témoigner, c'est quelque chose de difficile. J'ai essayé de faire du mieux que J'ai pu. C'est pourquoi vous me voyez ici."

Me Caldarera a fait remarquer au témoin qu'il avait "inventé des choses" dans son témoignage, et que les sugggestions du procureur avaient été déterminantes dans ses déclarations. Georges Ruggiu a répondu : "il y a eu effectivement des pressions de la part de mes avocats, de la part des membres du bureau du procureur et des enquêteurs ainsi que des détenus". "Je pense qu'effectivement on m'a suggéré certaines choses à certains moments. Et J'ai essayé D'être honnête", a-t-il dit.

Me Caldarera a relevé que le témoin avait été "un consommateur excessif D'alcool", ce qui a contribué à aggraver son état psychologique, a-t-il dit. "Effectivement, pendant la guerre au Rwanda, il m'est arrivé de boire beaucoup D'alcool", a-t-il reconnu. Ruggiu a par ailleurs admis qu'entre avril et juin 1994, il avait perdu la notion du temps et qu'en conséquence il avait commis des erreurs au cours de son témoignage.

Dans le jugement portant condamnation de Georges Ruggiu, la chambre avait noté: "D’un niveau d’instruction moyen, l’accusé est un Européen inspiré par un sens de justice. Il semble également être un idéaliste bien qu’il apparaît avoir été immature et impulsif. " La déposition de Georges Ruggiu se poursuit mercredi matin.

AT/GF/FH (me-0305 )