04.03.2002 - TPIR/MEDIAS - PAS DE SYMBIOSE ENTRE LA RTLM ET HASSAN NGEZE, SELON UN AVOCAT

Arusha 4 mars 2002 (FH) - Il n'y avait pas de symbiose entre la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM) et l'ex-directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, a plaidé un avocat lundi dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine"en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat français Me Jean-Marie Biju-Duval, qui défend l'ancien promoteur de la RTLM, Ferdinand Nahimana, a relevé que Hassan Ngeze avait même été, temporairement, interdit D'accès à la salle de rédaction de cette radio par son directeur général, Phocas Habimana.

1 min 34Temps de lecture approximatif

Me Biju-Duval contre-interrogeait l'ex-présentateur italo-belge à la RTLM, Georges Ruggiu, qui dépose depuis mercredi dernier dans ce procès. Georges Ruggiu a expliqué que Hassan Ngeze profitait de ses visites pour voler des documents à la RTLM. Se basant sur une déclaration antérieure du témoin, recueillie par le bureau du procureur, Me Biju-Duval a indiqué que "M.Ngeze apparait [plutôt]comme quelqu'un dont D'une part la RTLM ne peut se faire un ennemi, mais D'autre part contre lequel il faut prendre des mesures de protection".

Georges Ruggiu avait déclaré au sujet de Ngeze : "Bien que ce ne soit pas le meilleur allié qui soit, loin de là", il ne fallait pas en faire un ennemi de la RTLM.

Le parquet allègue que Ferdinand Nahimana, Hassan Ngeze et D'autres se sont entendus pour commettre le génocide anti-tutsi et les massacres D'opposants qui ont fait un million de morts en trois mois, selon un bilan établi par le gouvernement rwandais.

Georges Ruggiu a déclaré que Hassan Ngeze achetait des tranches publicitaires à la RTLM et disait du bien de la RTLM dans son journal : "Il y avait donc un rapport D'utilité mutuelle que J'ai appelé symbiose", a-t-il dit.

Ferdinand Nahimana et Hassan Ngeze sont coaccusés avec l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza. Ils plaident non coupables.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et composée en outre des juges, norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana. La déposition de Georges Ruggiu se poursuit mardi matin. La défense affirme que le témoignage de Georges Ruggiu est une accumulation de mensonges.

AT/GF/FH (ME-0204A)