27.02.2002 - TPIR/MEDIAS - RUGGIU AFFIRME QUE DES ACCUSES CONTROLAIENT LA RTLM

Arusha 27 février 2002 (FH) - l'ex-présentateur italo-belge à la Radio-télévision des Mille collines (RTLM), Georges Ruggiu, a affirmé que deux des accusés contrôlaient la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), lors de sa déposition mercredi dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Georges Ruggiu a déclaré que les accusés Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayagwiza faisaient partie D'un triumvirat considéré par le témoin comme la "direction de fait" de la RTLM.

2 min 33Temps de lecture approximatif

Selon Ruggiu, c'est ce triumvirat, dont faisait également partie le responsable technique Joseph Serugendo, non accusé dans ce procès, qui contrôlait la RTLM et sa ligne éditoriale, tranchait les différends, recrutait le personnel et procédait aux achats importants.

Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayagwiza sont coaccusés avec l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze. Ils plaident non coupables.

Georges Ruggiu a affirmé que le rédacteur en chef de la RTLM, Gaspard Gahigi, rencontrait une fois par semaine Ferdinand Nahimana, le directeur général Phocas Habimana, et Jean-Bosco Barayagwiza, "quand il était là", pour discuter de la ligne éditoriale de la radio. "C'est quelque chose qui était connu, et Gaspard Gahigi nous en avait parlé" a déclaré Georges Ruggiu.

Le témoin a indiqué qu'il n'avait jamais vu l'organigramme de la RTLM, mais que selon son entendement, la radio était chapeautée par un président directeur général, l'homme D'affaires Félicien Kabuga, en dessous duquel se trouvait un comité D'initiative composé de douze personnes, ainsi que le dit triumvirat. Au dessous du triumvirat se trouvait le directeur général, a-til ajouté.

Selon Ruggiu, la RTLM était alignée sur l'ex-parti présidentiel, le MRND, diabolisait le Front patriotique rwandais (FPR, ex-rébellion à dominante tutsie) ainsi que les personnalités politiques qui lui étaient proches et elle était contre les accords de paix D'Arusha.

Le témoin a déclaré que dès mars 1994, la ligne éditoriale de la RTLM s'est durcie. "La politique s'est elle-même durcie et dès avril 1994, la guerre est arrivée", a-t-il expliqué. La RTLM était "anti-tutsie, anti-Inyenzi", a-t-il dit. Selon lui, Inyenzi est un animal domestique nuisible qui a signifié Tutsi, après le 6 avril 1994. Ce terme était fréquemment utilisé par la RTLM.

Condamné à douze ans de prison par le TPIR après avoir plaidé coupable D'incitation à commettre le génocide, Georges Ruggiu a travaillé à la RTLM de janvier à juillet 1994. Il a affirmé qu'il avait été recruté par Ferdinand Nahimana, suite à une intervention de l'ex-président rwandais, Juvénal Habyarimana. Ruggiu a néanmoins déclaré que "cette lettre [D'engagement] a été perdue en 1994 avec tous mes papiers au moment de l'évacuation de Kigali", au mois de juillet.

D'après Ruggiu, Nahimana aurait gardé le contrôle de la RTLM après avril 1994. l'accusé serait venu à la radio deux fois "pour voir si tout se passait bien", a dit Ruggiu. Ferdinand Nahimana lui aurait par ailleurs adressé des encouragements verbaux et par écrit. Georges Ruggiu a cependant été incapable de préciser les termes exacts qu'aurait utilisés Nahimana lors des encouragements allégués.

Selon Ruggiu, la RTLM s'adressait à la population hutue du Rwanda, et avait le soutien de l'armée et de certains partis politiques comme la Coalition pour la défense de la République (CDR).

En plaidant coupable, Georges Ruggiu a admis que les émissions de la RTLM "ont incité les jeunes Rwandais, les miliciens Interahamwe et les militaires à participer à la lutte armée contre l'ennemi et ses complices et partant à tuer les Tutsis et les Hutus modérés et à porter gravement atteinte à leur intégrité physique et mentale." Selon lui, "les journalistes de la RTLM ainsi que les cadres et la direction éditoriale de la RTLM sont entièrement responsables des massacres des Tutsis et des Hutus membres de partis D'opposition qui ont été commis en 1994."

AT/GF/FH (me-0227a )