14.02.2002 - TPIR/SEMANZA - SEMANZA AFFIRME NE PAS AVOIR PRATIQUE DE DISCRIMINATION ETHNIQUE DANS SA

Arusha 14 février 2002 (FH)- l'ancien maire de Bicumbi (province Kigali rurale, centre-est du Rwanda), Laurent Semanza, a déclaré que les fonctionnaires de sa commune étaient des Hutus et des Tutsis, lors de sa déposition jeudi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

"J'avais des travailleurs hutus et tutsis que le conseil communal avait engagé", a affirmé Semanza qui dépose depuis mercredi pour sa propre défense.

1 min 40Temps de lecture approximatif

Il a ajouté que "sur l'ensemble des deux-cent-trente-deux agents de la commune, environ quatre-vingt-quinze étaient des Tutsis".

Laurent Semanza est poursuivi pour des massacres de Tutsis perpétrés à Bicumbi et Gikoro durant le génocide de 1994. Il plaide non coupable. Des témoins à charge ont rapporté que l'accusé pratiquait la discrimination ethnique dans sa commune.

Parmi les fonctionnaires tutsis de sa commune, l'accusé a cité l'encadreur de la jeunesse, ainsi que l'agent recenseur. Semanza a ajouté: "Il y a des enfants tutsis indigents que la commune aidait et que J'aidais personnellement, qu'ils soient du secondaire ou de l'université". Un témoin de l'accusation avait allégué que Semanza avait refusé des attestations communales D'usage aux enfants tutsis, dont le sien. "Je l'ai appris ici", s'est étonné l'accusé, ajoutant que le conjoint dudit témoin était un ivrogne souvent jeté en prison parce qu'il ne payait pas de taxes pour bétail.

Au début de sa déposition mercredi, Laurent Semanza a affirmé avoir été parrain de "plus de quinze enfants tutsis", ajoutant que certains voulaient témoigner pour sa défense, avant de se désister "par peur".

Semanza a dirigé la commune de Bicumbi pendant plus de vingt ans, jusqu'à son limogeage en juin 1993. l'accusé a affirmé que l'ancien président du Front patriotique rwandais (FPR), le colonel Alexis Kanyarengwe, aurait contribué à son limogeage. Laurent Semanza a déclaré que son conflit avec Kanyarengwe datait des années 1980, quand l'accusé aurait refusé de participer à un plan de renversement de l'ex-président Juvénal Habyarimana. Ancien compagnon D'armes de Habyarimana, Alexis Kanyarengwe a fui le Rwanda dans les années 1980, et a plus tard été recruté par le FPR.

Semanza est défendu par l'avocat américano-camerounais, Me Charles Taku, et un un confrère béninois, Me Sadikou Alao. Les avocats affirment qu'il est victime "D'une machination politicienne". Le procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge russe Yakov Ostrovsky, et comprenant en outre les juges, George Williams de Saint Kitts et Nevis, et Pavel Dolenc de Slovénie. La déposition de Semanza se poursuit lundi prochain.

GA/AT/FH (SE-0214A)