05.02.2002 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - UN FILS DU PASTEUR NTAKIRUTIMANA DEPOSE EN FAVEUR DE SON PERE

Arusha 5 février 2002 (FH) - Un des fils du pasteur adventiste Elizaphan Ntakirutimana, accusé de génocide, a témoigné lors de son procès, mardi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Jérome Nataki est le deuxième témoin cité par la défense du pasteur, coaccusé avec un autre de ses fils, Gérard Ntakirutimana.

1 min 25Temps de lecture approximatif

Le premier témoin de la défense était l'ancien premier ministre rwandais Faustin Twagiramungu.

Nataki est une forme abrégée de Ntakirutimana "parce que Ntakirutimana est très long pour les Américains", a dit le témoin. Formé à l'université de Franche-Comté à Besançon (France), Jérôme Nataki travaillait dans le cabinet du premier ministre rwandais en 1994. Jérôme Nataki est arrivé à Mugonero mi-avril 1994, et est resté avec son père jusqu'à leur fuite dans l'ex-Zaïre en juin. AujourD'hui, il réside aux Etats Unis. Il a indiqué que Elizaphan Ntakirutimana et Gérard Ntakirutimana ne pratiquaient jamais de discrimination entre les Hutus et les Tutsis, précisant que les coaccusés avaient des amis ainsi que des collègues de travail tutsis.

Le parquet affirme que Elizaphan Ntakirutimana et Gérard Ntakirutimana ont participé aux massacres de Tutsis à Mugonero (province Kibuye, ouest du Rwanda) et dans les collines avoisinantes de Bisesero. Ils plaident non coupables.

Le témoin a affirmé que les coaccusés ne s'intéressaient pas à la politique. "La religion ne saurait être mêlée à la politique. Il appartient aux religieux de sauver les âmes et non de faire la politique", a dit Jérôme Nataki, parlant de son père. Le témoin a ajouté que son frère Gérard lui servait de modèle : "Il était mon phare, mon guide, mon modèle. Quand J'avais un problème, je me reférais à lui."

La défense devrait citer trente-quatre témoins dans ce procès. Elizaphan Ntakirutimana est défendu par l'avocat américain Me Ramsey Clark, Gérard Ntakirutimana par l'avocat canadien Me David Jacobs. Les avocats plaident que leurs clients sont poursuivis pour divers motifs, notamment la jalousie et des mobiles politiques.

La déposition de Jérome Nataki se poursuivait mardi en début D'après-midi.

AT/GF/FH (NT-0205B )