26.11.2001 - TPIR/KAJELIJELI - UN TEMOIN A ETE RAPPELE A LA BARRE A LA REPRISE DU PROCES

Arusha, le 26 novembre, 2001 (FH) - Le procès de l'ancien maire de Mukingo (préfecture Ruhengeri, nord-ouest du Rwanda), Juvénal Kajelijeli, a repris lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) avec le rappel à barre D'un témoin à charge, dont la défense voulait démontrer l'inconsistence de la déposition.

l'avocat américain de Juvénal Kajelijeli, le professeur Lennox Hinds, a indiqué qu'il voulait interroger le témoin sur sa déposition de juillet dernier en comparaison avec sa déclaration écrite faite devant la justice au Rwanda.

1 min 47Temps de lecture approximatif

Désigné par les lettres "GAO" pour protéger son identité, le témoin est un détenu illettré.

l'audience a été D'abord suspendue pour permettre à un traducteur du TPIR de lui lire les documents pour "rafraîchir sa mémoire".

Le témoin est un ancien membre de la milice Interahamwe de l'ex-parti présidentiel, le MRND. En juillet dernier, il a déclaré avoir participé à l'exécution de plus de 600 Tutsis en 1994, sur ordre de Kajelijeli.

GAO a plaidé coupable de génocide en 1997. Il est détenu à Ruhengeri en attendant la sentence.

Avant la suspension des débats en octobre, la défense de Kajelijeli avait indiqué qu'elle était allée au Rwanda où elle avait obtenu certaines déclarations que GAO avait faites devant les autorités judiciaires de ce pays. Me Hinds a toutefois regretté que son équipe n'a pas pu obtenir de telles déclarations de la part des autres témoins du parquet détenus.

Le substitut australien du procureur, Ken Fleming, a répondu que son équipe a adressé la demande des documents au procureur général du Rwanda, Gérard Gahima. Ce dernier a répondu que "nous [le parquet] n'allons pas avoir accès à aucune des déclarations rwandaises", parce que les autorités du Rwanda procédaient à leurs propres enquêtes et ne voulaient pas D'"ingérence", a ajouté Ken Fleming.

Ken Fleming a indiqué que le parquet du TPIR a renouvelé la demande, mais que la réponse de Gahima se faisait toujours attendre. "Nous ne pouvons faire autrement", a-t-il poursuivi. "Nous sommes à ce sujet à la merci du gouvernement rwandais", a dit Ken Fleming.

Me Hinds a également annoncé lundi qu'il avait soumis une requête D'urgence concernant "le harcèlement et l'intimidation" des témoins de la défense. La chambre a indiqué avoir pris connaissance de la requête et que cette dernière sera plaidée à une date qui sera bientôt communiquée.

Le procès se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule et comprenant en outre les juges, lesothan Winston Churchill Matanzima Maqutu, et malgache Arlette Ramaroson.
JC/GA/AT/DO/FH (KJ_1126A)