22.11.2001 - TPIR/SEMANZA - LA DEFENSE SOUCIEUSE DE RECUPERER DES DOCUMENTS PRIS A UN TRADUCTEUR

Arusha, le 22 novembre 2001 (FH) - l'avocat de l'ancien maire de Bicumbi (préfecture Kigali rurale, centre-est du Rwanda), Laurent Semanza, a demandé jeudi à la chambre D'intervenir pour l'aider à récupérer des documents qui se trouvaient entre les mains D'un traducteur arrêté par les services tanzaniens D'immigration.

l'avocat américano-camerounais, Me Charles Taku, a déclaré que le traducteur interpellé avait des documents sensibles qu'utilisait la défense.

1 min 30Temps de lecture approximatif

Patrick Ssimbwa Bugingo a été arrêté mardi soir à Arusha, en possession D'un passeport ougandais volé. Sa véritable identité n'a pas encore été établie. Des sources informées ont néanmoins indiqué qu'il serait un citoyen rwandais.

l'intéressé a été recruté il y a trois mois par le greffe du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour assister la défense de Semanza dans la traduction kinyarwanda des documents en kinyarwanda, la seule langue que pratique l'accusé.

Me Taku insiste sur le fait que le traducteur ne faisait partie de l'équipe de défense, précisant qu'il s'agissait "D'un traducteur indépendant engagé par le greffe".

Selon Me Taku, Patrick Bugingo a été recruté par le greffe, alors que la défense avait proposé un autre candidat.

Me Taku a ajouté qu'il n'avait pas été avisé lorsque le traducteur a été "dénoncé", autrement il aurait pu prendre langue avec le greffe pour récupérer les dits documents. "Nous aurions pu collaborer avec le greffe, mais ils nous ont ignoré", s'est plaint Me Taku devant la cour.

Le représentant canado-nigérian du parquet, Chile Eboe-Osuji, a déclaré que, bien qu'il éprouve de la sympathie pour la défense, la chambre devrait être prudente dans ses interventions, car l'affaire est entre les mains de la police locale.

La chambre a conseillé à l'avocat de contacter le greffe et D'explorer avec lui tous les moyens possibles pour récupérer les documents, avant de solliciter une intervention des juges. "Que ce soit inscrit au dossier, afin que dans l'avenir ils [le greffe] contactent la défense", a plaidé Me Taku.

Le procès de Semanza se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée, dans cette affaire, par le juge russe Yakov Ostrovsky et comprenant en outre les juges George Williams de Saint-Kitts et Nevis et Pavel Dolenc de Slovénie.

SW/JC/AT/PHD/FH (SE_1122A)