20.11.2001 - TPIR/MEDIAS - HASSAN NGEZE SOLLICITE DE CONTRE-INTERROGER UN CONDAMNE

Arusha, le 20 novembre 2001 (FH) - l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, a sollicité de contre-interroger lui-même le condamné qui témoigne contre lui, mardi, dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Hassan Ngeze a demandé de poser une soixantaine de questions à l'ancien chef milicien Omar Serushago, condamné à quinze ans de prison par le TPIR, et qui dépose depuis jeudi dernier pour le compte du parquet.

1 min 32Temps de lecture approximatif

La chambre a indiqué qu'elle examinera cette requête après l'intervention de toutes les équipes de défense.

Omar Serushago a jusqu'ici été contre-interrogé par l'avocat américain de Hassan Ngeze, Me John Floyd. Mercredi, il sera contre-interrogé par les défenseurs de ses deux coaccusés.

Le procès des médias concerne outre Hassan Ngeze, l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, ainsi que l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza.

Hassan Ngeze sollicite de temps en temps de pouvoir contre-interroger lui-même des témoins à charge, expliquant qu'il n'a pas confiance en ses avocats.

Omar Serushago a accusé l'ancien directeur de Kangura D'avoir collaboré avec lui dans l'exécution du génocide anti-tutsi et des massacres D'opposants en préfecture de Gisenyi (ouest du Rwanda).

Serushago a été jugé responsable D'une trentaine de meurtres, dont quatre commis personnellement.

Omar Serushago a en outre affirmé que Hassan Ngeze a agi de concert avec Barayagwiza dans la propagation de l'idéologie extrémiste qui a sous-tendu le génocide.

Me Floyd a plaidé qu'il ne pouvait y avoir de lien quelconque entre Barayagwiza et Ngeze, le premier étant un haut fonctionnaire, un grand politicien et un intellectuel, le second étant une personne peu éduquée.

Le témoin a répondu que "Ngeze n'a pas D'éducation. Il a une sorte D'intelligence innée. [..] Vous savez qu'il ya des pays qui sont dirigés par des caporaux alors que dans ces pays, il y a des généraux", a-t-il relevé.

Hassan Ngeze a été D'abord cordonnier, puis "convoyeur" de bus, avant de devenir journaliste, selon Omar Serushago. Le condamné affirme qu'il a grandi avec l'accusé.

Me Floyd considère pour sa part que le témoignage D'Omar Serushago est "fabriqué".

AT/PHD//FH (ME_1120a )