16.11.2001 - TPIR/MEDIAS - NGEZE N'A PAS ETE EMPRISONNE PENDANT LE GENOCIDE, SELON UN CONDAMNE

Arusha, le 16 novembre 2001(FH) - l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, est demeuré libre pendant toute la durée du génocide, a affirmé un condamné, vendredi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Condamné à quinze ans de prison par le TPIR après avoir plaidé coupable, l'ancien chef milicien en préfecture de Gisenyi (ouest du Rwanda), Omar Serushago, témoigne dans le procès des anciens responsables "des médias de la haine" pour le compte du parquet.

1 min 36Temps de lecture approximatif

Omar Serushago a affirmé avoir vu Hassan Ngeze plusieurs fois entre avril et juin 1994, ajoutant que celui-ci n'a jamais été arrêté au cours de cette période où se commettait le génocide anti-tutsi et les massacres D'opposants qui ont fait entre cinq cents mille et un million de morts en trois mois.

"Ngeze n'a jamais été arrêté. Personne ne pouvait arrêter Hassan Ngeze. Si quelqu'un avait tenté de le faire, nous aurions tiré sur tout le monde dans la ville, nous les membres de la CDR [Coalition pour la défense de la République, parti anti-tutsi] et les [miliciens de l'ex-parti présidentiel] Interahamwe", a-t-il déclaré.

Omar Serushago a indiqué qu'il dirigeait un groupe D'Interahamwe dans la ville de Gisenyi tandis que Hassan Ngeze était un des responsables de la CDR.

Le parquet allègue que Hassan Ngeze a participé aux massacres de Tutsis dès l'annonce de la mort de l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994. La défense, pour sa part, plaide que Hassan Ngeze était en prison début avril 1994.

Hassan Ngeze est coaccusé avec l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Jean-Bosco Barayagwiza, ainsi que l'ancien promoteur de la RTLM, Ferdinand Nahimana. l'interrogatoire principal D'Omar Serushago a été clôturé vendredi en fin de matinée.

Entamant le contre-interrogatoire, l'avocat américain de Hassan Ngeze, Me John Floyd, a suggéré que le condamné était "un tueur en série", qui avait été payé pour donner un faux témoignage. Omar Serushago a répondu qu'il disait la vérité et que son objectif était de contribuer à la réconcilition au Rwanda.

Omar Serushago a servi comme informateur du bureau procureur du TPIR dès 1997. Le condamné a indiqué avoir appris que Hassan Ngeze aurait également été recruté à cet effet par le procureur. Sa déposition se poursuit lundi matin.
AT/DO/FH (ME_1116B )