25.10.2001 - TPIR/BUTARE - UN TEMOIN AFFIRME AVOIR ETE VIOLE PAR UN ACCUSE

Arusha 25 octobre 2001(FH) - Le troisième témoin de l'accusation dans le procès de six personnes accusées de crimes commis en préfecture de Butare (sud du Rwanda), a affirmé avoir été violée par l'ex-milicien Arsène Shalom Ntahobali, jeudi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Désignée sous le pseudonyme "TA" pour protéger son anonymat, le témoin , une rescapée tutsie, qui s'était réfugiée avec D'autres au bureau préfectoral de Butare, a indiqué que l'accusé l'a violée après l'avoir frappée D'un flanc D'une machette.

2 min 42Temps de lecture approximatif

"Il [Shalom Ntahobali] m'a soulevé en me tirant et m'a traînée vers l'ORINFOR [bureau régional de l'Office rwandais D'information]. Il m'a ensuite enlevé les vêtements. Il me disait que si je ne me déshabillais pas, il allait me tuer . Il m'a enlevé le pagne et l'a étendu par terre. Il m'a arraché le sous-vêtement et l'a mis de côté. Il m'a ensuite allongée par terre et m'a violée," a déclaré Mme "TA" à la Cour.

"Il a fait des relations sexuelles avec moi et a appelé huit autres personnes qui ont fait de même et m'a raillée en disant que les filles tutsies disaient que les Hutus puaient, " a relaté le témoin, cette fois-ci en sanglots. Mme "TA" a affirmé qu'elle a été violée à deux reprises par l'accusé.

Outre Ntahobali, le procès dit de Butare concerne sa mère Pauline Nyiramasuhuko, ex-ministre de la famille et de la promotion féminine, première femme à être inculpée par une juridiction internationale; les ex-préfets de Butare Sylvain Nsabimana et Alphonse Nteziryayo et les ex-maires de Muganza et de Ngoma respectivement Elie Ndayambaje et Joseph Kanyabashi. Ils sont tous poursuivis pour génocide et crimes contre l'humanité, et plaident non coupables

Madame "TA" a affirmé que l'ex-ministre Nyiramasuhuko était souvent présente, en mai 1994, au bureau préfectoral de Butare, en uniforme militaire, et semblait diriger les Interahamwe qui venaient y attaquer des réfugiés.

Le troisième témoin de l'accusation a déclaré que l'ex-ministre aurait pu empêché les massacres si elle l'avait voulu parce qu'elle en avait le pouvoir.

"En 1994, Nyiramasuhuko était très puissante. Elle avait le pouvoir D'empêcher les Interahamwe [miliciens de l'ex-parti présidentiel MRND] de tuer, " a dit le témoin à la cour.

"Je l'ai entendu dire à haute voix qu'on ne voulait pas de cette saleté-là, et qu'il fallait nettoyer les lieux. Par saleté, elle voulait signifier nous les réfugiés," a indiqué Mme "TA".

Le témoin a dit qu'au moment de son départ du bureau préfectoral, l'accusée est partie avec à bord de son véhicule deux réfugiés que l'on n'a plus revus depuis.

Madame "TA" a commencé sa déposition mercredi soir, mais elle n' a pas pu être entendue dans la matinée de jeudi, la chambre ayant suspendu ses travaux pour permettre aux avocats de deux accusés D'aller les consulter, après qu'ils ont boycotté l'audience.

Pauline Nyiramasuhuko et Elie Ndayambaje ont refusé de se présenter à l'audience en protestation contre une décision de la chambre relativement à la divulgation des moyens de preuves par le procureur.

La chambre avait rejeté le requête de la défense qui demandait que soit reporté le contre-interrogatoire des témoins, étant donné que l'accusation n'avait pas communiqué leurs déclarations non-caviardées.

l'interrogatoire principal de Mme "TA", menée par le substitut américain du procureur Gregory Townsend, a repris jeudi après-midi en l'absence des deux accusés. Elie Ndayambaje et Pauline Nyiramasuhuko ont campé sur leur position de ne pas se présenter à l'audience, tant que leurs "droits à un procès juste et équitable ne seront pas rétablis".

Le procès devrait se poursuivre lundi devant la deuxième chambre de première instance présidée par le juge tanzanien, William Hussein Sekule et composée par ailleurs des juges malgache Arlette Ramaroson et lésothan W.C. Matanzima Maqutu. Le juge président a indiqué cependant que vendredi matin, la chambre devrait entendre une requête du procureur en outrage au Tribunal.

BN/JC/PHD/FH (BT_1025B)