22.10.2001 - TPIR/KARERA - l'ANCIEN PREFET DE KIGALI RURAL ARRETE

Arusha, le 22 octobre 2001 (FH) - l'ancien préfet de Kigali rural (centre du Rwanda), François Karera, a été arrêté au Kenya samedi dernier et transféré le même jour au centre de détention du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha (Tanzanie).

François Karera, 62 ans, répond de quatre chefs D'accusation de génocide et de crimes contre l'humanité.

2 min 4Temps de lecture approximatif

Il est particulièrement poursuivi pour des massacres de Tutsis à Nyamirambo dans la ville de Kigali et dans la commune de Kanzenze (sud de Kigali).

La commune Kanzenze abrite l'église de Ntarama, devenu un mémorial du génocide.

Le parquet allègue qu'autour du 15 avril 1994, l'accusé s'est rendu dans le secteur de Ntarama avec un convoi de bus qui transportait des soldats, y compris des éléments de la garde présidentielle, et des miliciens Interahamwe.

"François Karera, qui portait une arme à feu, s'est adressé aux soldats et aux Interahamwe en ces termes: "Vous combattez maintenant les Tutsis depuis une semaine mais à présent, ce travail sera mené à bout. Je ne veux voir aucun Tutsi vivant dans le secteur de Ntarama cette nuit."

l'accusé aurait par la suite conduit un groupe de soldats et D'Interahamwe à l'occasion D'une attaque contre les civils tutsis à l'église de Ntarama.

Selon la poursuite, "François Karera a trompé les réfugiés tutsis du secteur de Ntarama en leur déclarant faussement que des militaires seraient dépêchés à l'église de Ntarama pour les protéger. François Karera a au contraire organisé et conduit les militaires à l'occasion D'une attaque contre les réfugiés, qui a coûté la vie à de nombreux civils tutsis. En outre entre les 15 et le 28 avril 1994, des attaques quotidiennes ont été lancées contre cette église."

S'agissant des crimes commis à Nyamirambo, le parquet allègue que "de nombreux civils tutsis ont été tués par les policiers communaux ou par les milices civiles et les résidents locaux dans Nyamirambo en avril et mai 1994, en conséquence directe de la distribution D'armes et de la campagne publique D'extermination ordonnées et parfois conduites par François Karera".

l'accusation ajoute que François Karera a poursuivi sa campagne anti-tutsie, même après s'être enfui du Rwanda, après la victoire du Front patriotique rwandais (FPR). "A une date indéterminée fin décembre 1994, François Karera et plusieurs autres anciens responsables du gouvernement intérimaire ont organisé une réunion dans un camp de réfugiés au Zaïre (désormais la République démocratique du Congo), afin D'arrêter une stratégie pour reprendre le pouvoir. On a évoqué au cours de cette réunion, entre autres questions, la mission consistant à tuer tous les Tutsis. François Karera a proposé des activités de collecte de fonds pour l'achat D'armes. Peu après, François Karera a dit aux instituteurs de l'une des écoles du camp de réfugiés D'enseigner aux enfants qu'il n'y avait qu'un seul ennemi, le Tutsi, au lieu de leur enseigner les mathématiques et autres matières scolaires", affirme le parquet.

François Karera a D'abord été maire de la commune Nyarugenge (Kigali ville), puis sous préfet dans Kigali rural.

AT/PHD/FH (KR_1022A)