18.10.2001 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - LE PASTEUR AURAIT PU ARRETER LES MASSACRES, SELON UN TEMOIN

Arusha 18 octobre 2001 (FH) - Le pasteur adventiste accusé de génocide avait l'autorité "spirituelle et morale" de stopper ou de réduire l'ampleur des massacres de 1994, a affirmé un témoin du parquet, jeudi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

"En tant que leader spirituel, qui avait une grande influence sur ses gens et qui était en communication avec les autorités politiques, le pasteur Ntakirutimana était capable de stopper les tueries", a indiqué le témoin déposant sous le pseudonyme "QQ", pour préserver son anonymat.

1 min 11Temps de lecture approximatif

Le pasteur Ntakirutimana est coaccusé avec son fils Gérard Ntakirutimana, qui était médecin à Mugonero (préfecture Kibuye, ouest du Rwanda). Ils ont plaidé non coupables des cinq chefs D'accusation de génocide et crimes contre l'humanité retenus contre eux.

Environ huit cent mille Tutsis et Hutus modérés ont été tués au Rwanda entre avril et juin 1994. Le témoin QQ, un ancien employé dans le "complexe" de Mugonero, a indiqué qu'en 1995, il a pris part à l'exhumation de quelques six mille à sept mille corps enterrés dans des fosses communes près du complexe.

Le complexe de Mugonero comprend notamment une église adventiste où officiait le pasteur, un hôpital et une école D'infirmiers.

La défense a contesté ces chiffres, affirmant que le témoin exagérait. Elizaphan Ntakirutimana est défendu par l'avocat américain, Me Ramsey Clark, Gérard Ntakirutimana par Me Edward Medvdene, également citoyen américain.

La défense soutient qu'un pasteur, fût-il aimé et respecté, n'aurait pu faire quoi que ce soit pour arrêter le génocide anti-tutsi et les massacres D'opposants de 1994. Le défenseur de l'homme D'Eglise rappelle que même les puissances occidentales n'ont pas pu empêcher ces tueries, citant nommément la Belgique, la France et son propre pays, les Etats-Unis.

GG/AT/PHD/FH (NT_1018A)