01.10.2001 - TPIR/SEMANZA - l'ACCUSE DEVRAIT TEMOIGNER POUR SA PROPRE DEFENSE

Arusha, le 1er octobre 2001 (FH) - l'ancien maire de Bicumbi (préfecture Kigali rurale, centre-est du Rwanda), Laurent Semanza, devrait témoigner pour sa propre défense, a déclaré son avocat, lundi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Laurent Semanza, 57 ans, répond de quatorze chefs D'accusation de génocide et de crimes contre l'humanité, portant sur les massacres de Tutsis dans les communes de Bicumbi et Gikoro.

1 min 28Temps de lecture approximatif

Il plaide non coupable.

"Son témoignage sera très attendu" a indiqué l'avocat béninois Me Sadikou Alao, co-conseil dans l'affaire Semanza, expliquant que personne ne peut mieux que l'accusé "dire les raisons et causes inavouées, parce qu'inavouables, de ces poursuites".

Me Alao a décrit l'accusé comme "un citoyen ordinaire, commerçant actif et dynamique épris de paix et de fraternité que tout éloigne de "l'ange de la mort" dépeint par l'accusation". Laurent Semanza a été maire de Bicumbi pendant plus de vingt ans avant de se convertir dans les affaires. Il a quitté le poste de maire en 1993

Le premier témoin de la défense, entendu dès lundi après-midi, a indiqué que Laurent Semanza s'est installé à Kigali dès 1993 et n'a joué depuis lors aucun rôle administratif dans la commune de Bicumbi. l'accusé attendait simplement de siéger dans le parlement de transition, auquel devait être associé l'ex-rébellion à majorité tutsie, prévu par les accords D'Arusha, selon le témoin.

Le parquet affirme que Laurent Semanza est resté influent à Bicumbi même après avoir cessé ses fonctions de maire.

Dénommé par les lettres "BZ" pour protéger son anonymat, le premier témoin de la défense a indiqué que l'accusé était tenu par le devoir de réserv, dès qu'il a passé le témoin à son successeur, Juvénal Rugambara.

Me Alao a indiqué que les charges retenues contre son client relèvent du mensonge. Me Alao assiste l'avocat américano-camerounais, Me Charles Taku, dans la défense de Laurent Semanza.

Le procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR, présidée dans cette affaire, par le juge russe Yakov Ostrovsky et comprenant en outre les juges, de Saint-Kitts et Nevis George Williams, et slovène Pavel Dolenc.

AT/PHD/FH (SE_1001C)